•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Brigil relance son projet au centre-ville de Gatineau, Roch Cholette lobbyiste

Un homme accorde une entrevue à la caméra à l'extérieur.

Roch Cholette est inscrit au registre des lobbyistes pour le groupe Brigil (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le groupe Brigil veut relancer son projet de développement immobilier au centre-ville de Gatineau. Et l'ex-animateur Roch Cholette est inscrit au registre des lobbyistes pour aider Brigil à sonder l'opinion, à la Ville de Gatineau.

Selon l'inscription qui figure au Registre des lobbyistes du Québec, le mandat de M. Cholette concerne une démarche auprès de la municipalité pour l'obtention de son opinion concernant un projet de construction d'envergure que Brigil veut ériger au 61-77 Laurier.

L'intérêt de cette démarche consiste à transmettre le détail de l'information afin que les élus de la Ville de Gatineau puissent rendre une décision réfléchie et favorable lors d'une réunion du conseil à venir, peut-on lire sur la fiche, accessible en ligne, datée du 13 janvier dernier.

Mais le projet défendu est différent de celui proposé dans le passé, d'une tour de 55 étages ainsi qu'une autre, de 35 étages, assure le président et fondateur de l'entreprise, Gilles Desjardins, en entrevue à l'émission Les matins d'ici.

« Ce n’est pas du tout comme dans les années 2015, le projet est complètement différent. Il ne s’appellera pas comme il s’appelait », dit-il.

« Nous avons une belle étoile, nous avons été capables d’acquérir le terrain du 35 rue Laurier. [...] On va être capables de faire un encore plus beau projet. Ça prend un peu plus de temps, mais on est très patients », ajoute-t-il.

« Avec l’achat du 35 rue Laurier, où se trouve l’hôtel Four Points, ça nous donne encore un plus grand terrain, un beau carré de sable pour s’amuser. »

— Une citation de  Gilles Desjardins, président et fondateur du groupe Brigil
Une personne en entrevue.

Le président et fondateur de la société immobilière Brigil, Gilles Desjardins (archives)

Photo : Radio-Canada / Jacques Corriveau

M. Desjardins s'est montré avare de détails, expliquant que rien n'est encore ficelé.

L’équipe va travailler avec la communauté, avec le département d’urbanisme [...] On veut faire un projet à la hauteur de notre belle région, puis on va être patients, a-t-il indiqué. C’est sûr qu’en face du musée [de l’histoire du Canada], ce serait idéal d’avoir un projet d'hôtel, avec appartements locatifs, avec condos, restaurants […] Est-ce qu’on va pouvoir faire un observatoire? Est-ce qu’il va y avoir des bureaux? Combien d’étages? On ne le sait pas. Combien d'édifices? Ça dépendra de toute la consultation, puis des plans et des discussions qu’on va avoir avec le département d’urbanisme et la communauté.

Gatineau vue depuis Ottawa

Les deux tours du projet du groupe Brigil, tel qu'il avait été présenté en 2018 (archives)

Photo : Courtoisie

Selon M. Desjardins, le zonage actuel du terrain du Four Points, qui compte 76 000 pieds carrés, prévoit une hauteur de 30 étages.

Le plan qui a déjà été autorisé par la Ville donne à peu près trois édifices. C’est sûr que c’est un projet qui avait été ficelé et approuvé en 2016. Donc aujourd’hui, il a besoin d’être mis à jour, retravaillé. Les tendances ont changé. Il faut regarder le tout.

Il y a quatre ans, une précédente proposition du groupe Brigil avait semé l'émoi chez bien des citoyens. Le projet de Place des peuples, avec ses tours de 35 et de 55 étages de haut, avait fortement divisé la population.

Aucune discussion entamée

Concernant la présente initiative, l'inscription au Registre des lobbyistes du Québec indique que les discussions se poursuivent avec la Ville.

Assurant ne pas avoir encore rencontré officiellement Mme Bélisle ni ne l'avoir sollicitée pour des discussions sur ce projet, M. Desjardins insiste qu'il a tout son temps.

On est à la table à dessin, on écoute les commentaires, les idées de tous. Ce n’est pas dans les semaines ou dans les mois [qu'on va dévoiler les détails du projet]. C’est selon comment ça va aller avec les gens.

La mairesse Bélisle ne se prononce pas, pour l'heure, sur le projet qui reste à être présenté. Bien qu'elle soutienne que le centre-ville « a besoin d'avoir des investissements », elle rappelle qu'il y a une marche à suivre bien établie pour soumettre des projets auprès de la Municipalité.

La mairesse de Gatineau, France Bélisle devant un panneau bleu sur lequel est apposé un logo de la ville.

La mairesse de Gatineau, France Bélisle.

Photo : Radio-Canada

« N’importe quel promoteur qui a un projet et qui veut discuter avec la mairesse est le bienvenu, bien sûr. Cependant il y a le zonage, l’urbanisme, les permis à avoir et la mairesse ne peut pas se substituer aux canaux qui doivent être suivis », dit-elle.

Le conseiller municipal Mario Aubé, qui est président du Comité consultatif d'urbanisme, souligne aussi qu'il existe un « mécanisme » pour les soumissions de projets.

« Gatineau doit être à l'écoute. L'administration doit ouvrir toutes grandes les portes de toute grande idée, de tout grand projet », affirme-t-il, insistant aussi sur l'importance que le promoteur consulte les associations de citoyens.

« D'avoir un promoteur qui aime sa ville, qui a toujours dit qu’il veut embellir sa ville, d'avoir un projet avec beaucoup d’ambition, je pense que c’est de bon augure », se permet-il d'ajouter.

Le recrutement de M. Cholette doit permettre au groupe Brigil de viser encore plus haut, croit M. Desjardins.

« Roch Cholette, une de ses grandes qualités [est qu']il est en amour avec sa région. [...] Il a beaucoup d’expérience », soutient le président et fondateur de la société immobilière.

« L’entreprise est en croissance [...] Il y a beaucoup de jeunes, des gens de l’extérieur, donc il va pouvoir travailler pour faire de la formation avec tous ces gens-là. Il va travailler dans la stratégie avec toute l’équipe, avec la réglementation municipale, provinciale et fédérale, dans la croissance de l’entreprise », ajoute M. Desjardins

Avec les informations de Fiona Collienne et de Christian Milette

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !