•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le nucléaire ne serait pas prêt à remplacer le charbon en 2030 au Nouveau-Brunswick

Cheminée et partie du bâtiment de la centrale.

La centrale thermique de la société Énergie NB à Belledune a émis 2,5 tonnes de gaz à effet de serre depuis 2019. Elle a reçu l'ordre de cesser de brûler du charbon d'ici 2030.

Photo : CBC / Jacques Poitras

Radio-Canada

Les petits réacteurs nucléaires modulaires pourraient ne pas être prêts à temps pour remplacer le charbon en 2030 au Nouveau-Brunswick, soutient l’ancien dirigeant d’Énergie NB.

Gaëtan Thomas a fait cette déclaration mercredi devant un comité parlementaire, à Fredericton. Celui qui a été chef de la direction d’Énergie NB de 2010 à 2020 est aujourd’hui président-directeur général du Conseil économique du Nouveau-Brunswick (CÉNB), un regroupement de gens d’affaires de la communauté francophone.

Le Nouveau-Brunswick, affirme M. Thomas, ne peut atteindre le seuil de zéro émission sans recourir à l’énergie nucléaire, mais il n’est pas garanti que l’on puisse obtenir toutes les autorisations réglementaires pour atteindre les objectifs prévus pour 2030, ou même 2035.

Les petits réacteurs modulaires (PRM) sont des réacteurs nucléaires d’une moins grande puissance énergétique et de plus petite dimension, selon le ministère fédéral des Ressources naturelles.

Des élus à Fredericton soutiennent que cette technologie n’a pas fait ses preuves. Gaëtan Thomas leur a répliqué qu’elle était au contraire complètement prouvée, à son avis.

Gaëtan Thomas assis à une table répond aux questions des députés

Gaëtan Thomas, alors président-directeur général d'Énergie NB, en 2019.

Photo : Radio-Canada / Michel Corriveau

Le vice-président de Saint John Energy, Ryan Mitchell, a lui aussi déclaré devant le comité parlementaire de mercredi que la mise en place des petits réacteurs modulaires pourrait prendre du temps et coûter cher.

La voie à suivre pour décarboniser la province et le réseau électrique comporte plusieurs solutions différentes. Il n’y a vraiment pas de solution miracle. Nous croyons que le nucléaire a un rôle à jouer, a dit M. Mitchell.

Au Nouveau-Brunswick, la station de Belledune, qui a émis 2,5 millions de tonnes de gaz à effets de serre dans l’atmosphère depuis 2019, doit arrêter de brûler du charbon d’ici 2030. Énergie NB cherche une manière de remplacer le charbon par une source d’énergie qui ne dégage pas de dioxyde de carbone (CO2) et n’aggrave pas les dérèglements climatiques.

Une modélisation 3D d’un réacteur modulaire de l’entreprise USNC-Power.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une modélisation 3D d’un réacteur nucléaire modulaire de l’entreprise USNC-Power.

Photo : USNC-Power

Ryan Mitchell a affirmé que des sondages commandés par Saint John Energy ont démontré à la société énergétique de Saint-Jean que l’opinion publique réclamait de l’action au sujet des changements climatiques.

Il a suggéré aux élus que des actions semblables à un effort de guerre pour réduire les émissions de gaz à effet de serre au Nouveau-Brunswick, pourraient mener à de grandes réalisations au bénéfice de la province.

Saint John Energy dit être en train d’établir un parc éolien qui devrait éventuellement être responsable de 15 % de sa production d’électricité et lui faire réaliser des économies de 4 millions de dollars.

Mais Gaëtan Thomas soutient que l’énergie solaire et l’énergie éolienne ne pourront jamais générer toute l’électricité dont la province a besoin. Si on élimine le mazout, le gaz et le charbon, que reste-t-il au Nouveau-Brunswick?, a-t-il demandé au comité.

Il prédit un avenir où un tiers de l’électricité de la province vient du nucléaire, un tiers de l’éolien, et le reste de l’hydroélectricité provenant des barrages du Nouveau-Brunswick et achetée du Québec et du Labrador.

D’après des renseignements de Jacques Poitras, CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !