•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Flambée de surdoses mortelles d’opioïdes au Yukon

Une femme allume une chandelle lors d'une veillée aux flambeaux.

De nombreux Yukonnais sont en deuil après une série de surdoses mortelles depuis le 1er janvier dernier.

Photo : Radio-Canada / Anna Desmarais

Radio-Canada

Les veillées à la chandelle se succèdent dans la capitale yukonnaise, comme dans les collectivités, à la suite d’une série de surdoses d'opioïdes, confirmées ou possibles, au territoire, depuis le Nouvel An.

Le bureau de la coroner a confirmé, mercredi, 4 morts par surdose de drogues illicites au cours de la première semaine de janvier, dont 3 sont attribuables au fentanyl.

Le bureau mène par ailleurs une enquête sur 3 autres décès entre le 15 et le 19 janvier qui pourraient également être dus à des surdoses. Des tests toxicologiques sont attendus.

Une veillée devant le refuge

Mercredi, des dizaines de personnes se sont rassemblées à midi devant le refuge d’urgence pour souligner les plus récents décès qui font encore l'objet d'une enquête. Une autre veillée aux flambeaux a été tenue dans le village d’Old Crow dans la soirée.

L’organisatrice, Darlene Jim, souhaitait permettre à tous ceux qui sont touchés par ces plus récents décès de se tenir près les uns des autres. Deux de ces morts seraient survenues, selon les participants, devant le refuge, très tôt, lundi matin.

Darlene Jim en entrevue.

Darlene Jim croit qu'il est important pour tous ceux et celles qui sont touchés par les plus récents décès de se tenir près les uns des autres en ces temps difficiles.

Photo : Radio-Canada / Anna Desmarais

« Je voulais rassembler tout le monde pour qu'on puisse au moins savoir à quel point nous souffrons tous en même temps. Nous avons beaucoup de soutien, nous devons seulement nous tenir ensemble et forts, nous soutenir les uns les autres.  »

— Une citation de  Darlene Jim

L'événement fait suite à un autre rassemblement, samedi. Darlene Jim affirme ne pas y avoir vu ceux et celles qui vivent de près la crise actuelle qui touche de nombreux jeunes gens.

Des avertissements des différents gouvernements

Sur les réseaux sociaux, les Premières Nations Vuntut Gwichin, Ta’an Kwäch’än et Kwanlin Dün, entre autres, ont publié, le même jour, des messages de condoléances et des avertissements.

Assurez-vous que les membres de votre famille et vos amis savent que les drogues de rue peuvent contenir du fentanyl ou des benzodiazépines, peut-on lire sur la page Facebook de la Première Nation Kwanlin Dün.

Des gens rassemblés en cercle devant un édifice en hiver.

Plus d'une trentaine de personnes ont participé, mercredi, à une veillée aux flambeaux devant le refuge d'urgence de Whitehorse, où deux personnes seraient mortes d'une surdose lundi.

Photo : Radio-Canada / Anna Desmarais

Nous demandons à tous de se soulever et de prendre une position ferme devant ces criminels qui apportent ces drogues au territoire pour profiter des gens vulnérables, affirme pour sa part sur les réseaux sociaux Amanda Leas, la chef du Conseil des Ta’an Kwäch’än.

Un communiqué conjoint entre le ministère de la Santé et des Affaires sociales, le bureau de la coroner et celui de la médecin hygiéniste en chef par intérim mentionne ceci :  L'approvisionnement en drogues au Yukon est de plus en plus dangereux, et les risques, accentués par les benzodiazépines utilisées en même temps que les opioïdes.

La ministre de la Santé et des Affaires sociales, Tracy Anne McPhee, a affirmé cette semaine qu'elle avait l’intention de décréter un état d'urgence sur l’usage des substances psychotropes. La déclaration, a-t-elle expliqué, permettrait d’augmenter les services en santé mentale et en dépendances, et de créer un service de tests de dépistage d’opioïdes, par exemple, dans l’ensemble du territoire.

Avec les informations d'Anna Desmarais

Bannière promotionnelle avec le texte : Explorez les histoires du Grand Nord, ICI Grand Nord

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !