•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des médecins manitobains demandent à la province un protocole de triage clair

Une infirmière vêtue d'équipements de protection individuelle est dans la chambre d'un patient.

Un protocole de triage provincial permettrait de faciliter la prise de décision en cas de pénurie de personnel ou d'équipement hospitalier.

Photo : Radio-Canada / Colin Arber

Radio-Canada

Des médecins manitobains et des militants pour les droits de la personne veulent un protocole de triage clair, au moment où la province connaît une flambée des hospitalisations liées à la COVID-19.

Les médecins redoutent de devoir choisir le patient à qui ils pourront sauver la vie parce que la COVID-19 aura trop grugé les ressources des hôpitaux. Ils demandent des balises claires.

Ils disent que le besoin de cadre formel pour guider ces décisions impossibles est encore plus pressant, au moment où la propagation rapide du variant Omicron conduit à un nombre record d’hospitalisations et oblige des employés malades à s'isoler à la maison.

C’est quelque chose que les administrateurs ne sont pas vraiment enclins à examiner. Nous espérons que tout ira bien, mais c’est juste que, si nous atteignons cette situation critique, je préférerais avoir un plan clair, déclare un médecin de la région sanitaire de Santé Sud.

Ce dernier a requis l’anonymat parce qu’il craint les conséquences de son témoignage sur sa carrière.

À l’Hôpital Boundary Trails, situé entre Morden et Winkler, le Dr Dan Hunt craint les conséquences d’un manque de personnel dans l'établissement, qui ne compte qu’un seul inhalothérapeute.

« On pourrait envisager un scénario dans lequel nous ne pourrions tout simplement pas fournir des soins à certaines personnes. »

— Une citation de  Dan Hunt, médecin à l’Hôpital Boundary Trails

Est-ce que vous enlevez l’oxygène à une personne parce que vous vous dites qu’elle va mal, qu’elle est trop vieille ou qu’elle a trop de comorbidités pour survivre? Ou bien, dites-vous à l’autre personne : "Eh bien, vous n’avez pas de chance à cause de l’ordre dans lequel vous êtes arrivé."?, demande-t-il.

Craintes de décisions basées sur l'âge du patient

La Commission des droits de la personne du Manitoba a déjà soulevé des inquiétudes quant à l’absence de plan transparent, tout comme David Kron, porte-parole de la Human Rights Triage Protocol Coalition, un organisme qui milite pour un protocole respectant les droits de la personne.

Nous avons tous des préjugés intégrés dont nous ne sommes pas conscients. Nous voulons nous assurer que la décision ne soit pas basée sur l’âgisme ou sur les incapacités de la personne, explique David Kron.

Il craint que les médecins n'aient à prendre ces décisions au chevet du patient après de longues heures de travail.

Le médecin qui a requis l’anonymat explique que l’Ontario, l’Alberta et la Saskatchewan ont établi un protocole de triage clair. Il mentionne que, si Soins communs Manitoba est en train d'en élaborer un, les professionnels de la santé ne sont pas au courant.

Réponse de Soins communs Manitoba

Un porte-parole de Soins communs Manitoba affirme que les patients ayant les besoins les plus urgents continuent d’être classés par ordre de priorité. Des critères cliniques ont été utilisés tout au long de la pandémie, précise l'organisme, pour déterminer les soins moins urgents et les reporter si nécessaire.

La menace de dépassement de la capacité des unités de soins intensifs reste directement liée au nombre de personnes non vaccinées, qui sont statistiquement beaucoup plus susceptibles de nécessiter des soins critiques en raison de la COVID-19 que les personnes ayant reçu deux ou trois doses, ajoute le porte-parole dans un courriel.

L’an dernier, le Manitoba a envoyé des patients dans d’autres provinces canadiennes pour pallier son manque de lits. Avec les hôpitaux bondés partout au pays, il est peu probable que le Manitoba puisse utiliser la même stratégie si le variant Omicron fait déborder les hôpitaux.

En mai 2021, Soins communs Manitoba disait ne pas avoir besoin de ces directives, même si son propre cadre éthique pour la prise de décisions pendant la pandémie exigeait un tel plan.

Avec les informations de Bryce Hoye

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !