•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dix bougies pour Rail GD de New Richmond

Trois wagons  de trains dans un entrepôt.

Des wagons en restauration dans l'atelier de Rail GD à New Richmond.

Photo : Gracieuseté: Rail GD

L’entreprise spécialisée dans la réfection de wagons passagers Rail GD, de New Richmond, travaille actuellement à la restauration de trois wagons restaurants de VIA Rail. Ce deuxième contrat d'envergure avec la société d’État coïncide avec les dix ans de l’entreprise fondée en 2012.

Le président, Gilles Babin, rappelle que Rail GD avait restauré quatre wagons semblables en 2018. Il s’agissait alors d’un contrat de 16,4 millions de dollars.

Le PDG de Via Rail, Yves Desjardins-Siciliano, la ministre du Revenu et députée de Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, Diane  LeBouthillier et le PDG de Rail GD, Gilles Babin

Le président de Rail GD, Gilles Babin (à droite), lors de l'annonce de l'octroi d'un contrat de 16,4 millions $ à l'entreprise Rail GD, en 2018 (archives).

Photo : Radio-Canada

M. Babin ne donne pas de montant précis pour l’actuel contrat, en raison d’une forte concurrence. Nous sommes seulement deux au Canada à faire une offre de ce type, explique-t-il.

Selon lui, l’entreprise ne peut se permettre de faux pas. C’est un marché très concurrentiel et qui demande de la haute voltige, dit-il. Les contrats sont très coûteux.

Pour cette raison, Gilles Babin se contente de dire que plusieurs autres contrats sont en négociation, sans donner de détails.

Un CV bien garni

Si VIA Rail est le principal client de Rail GD, M. Babin mentionne qu’il fait affaires avec les compagnies minières de la Côte-Nord qui transportent leurs employés par train.

La réfection des wagons du train gaspésien L’Amiral figure dans le curriculum vitae de l’entreprise, un de ses premiers contrats.

L’équipe est particulièrement fière d'avoir aussi rénové plusieurs wagons du Rocky Mountaineer, un train touristique qui traverse les montagnes Rocheuses.

Wagon avec échafaudages et employés au travail.

Les travaux réalisés par Rail GD sur les wagons de Rocky Mountaineer, en 2015. (archives)

Photo : Radio-Canada

Beaucoup de normes, plusieurs corps de métiers

La nature du travail de cette entreprise nécessite l’intervention et la coordination de plusieurs corps de métiers, tels des soudeurs, des mécaniciens, des plombiers, des ferblantiers, des menuisiers, des voituriers, des ébénistes, des ingénieurs et divers techniciens et des chargés de projets.

Un wagon de train de passagers.

Une réalisation de Rail GD

Photo : Facebook/Rail GD

Contrairement à ce qui se vit dans la majorité des entreprises, Rail GD ne souffre pas du manque de main-d'œuvre, du moins pour le moment. On a beaucoup de jeunes qui sont très dynamiques, se réjouit le président. Quand on voit le produit fini et que le nom se promène un peu partout, il y a un sentiment de fierté. Ça a un effet attractif pour d'autres jeunes, je suppose. On a beaucoup de CV sur notre bureau.

Toutefois, la formation se fait en entreprise. Le transport de passagers est très normalisé au Canada, rappelle Gilles Babin, donc on a plein de normes à respecter, autant sur la façon de faire que le type de matériaux utilisé. C’est un domaine très niché et il n’y a pas d’école dans le domaine ferroviaire. Heureusement, le Centre local d’emploi nous aide beaucoup.

Près de 40 personnes travaillent à temps complet à l’usine.

À quand un rail gaspésien utilisable jusqu'à Gaspé?

Comme bien des Gaspésiens, Gilles Babin espère que les travaux de réfection du rail se réaliseront rapidement.

Il rappelle toutefois qu’en 2014, la Société de chemin de fer de la Gaspésie s’était placée sous la protection de la Loi sur les faillites et l’insolvabilité. Ça avait dérangé beaucoup, raconte-t-il,parce que le rail devait fermer. On a été obligés de prendre le dossier en main. On avait des wagons de Rocky Mountaineer à livrer. C’était assez stressant pour nous.

Gilles Babin réitère l’importance du transport ferroviaire, de passagers ou de marchandises, pour le développement de la Gaspésie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !