•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les hôpitaux sont débordés, il faut agir, dit le NPD de l’Alberta

Une femme en habit de protection médical est agenouillée, dos au mur, les mains sur son visage.

Selon les données de la province, à la fin de la semaine dernière, 51% des hospitalisations en Alberta concernaient des personnes atteintes de la COVID-19.

Photo : Reuters / Yves Herman

Alors que des travailleurs de la santé albertains, épuisés, tirent la sonnette d'alarme, le Nouveau Parti démocratique (NPD) de la province demande au gouvernement d’agir.

Louis Francescutti, médecin urgentiste à Edmonton, soutient que les travailleurs de la santé vivent beaucoup de stress. Selon lui, en plus du travail, ils sont accablés par d’autres éléments comme le retour à l’école de leurs enfants.

Lundi, la Dre Neeja Bakshi a publié une photo d’elle sur Twitter avec le mot-clic #RunningOnEmpty, ou à bout de souffle. Elle invitait d'autres travailleurs de la santé, qui ont participé en grand nombre, a partager une photo d’eux les montrant dans le même état.

Selon Louis Francescutti, le mot-clic est juste. Il affirme que de plus en plus d’employés sont fatigués, démoralisés et tombent malades.

Pas de plan précis

Le porte-parole en matière de Santé pour l'opposition officielle néo-démocrate, David Shepherd, affirme que la pression monte à un rythme inquiétant et reproche au gouvernement conservateur uni de ne pas avoir de plan précis pour faire face à la situation.

David Shepherd en conférence de presse.

David Shepherd, porte-parole du Nouveau Parti démocratique (NPD) en matière de Santé, affirme que, selon certains travailleurs de la santé, l’aide du gouvernement fédéral ou de l’armée serait bientôt nécessaire dans les hôpitaux de l'Alberta.

Photo : Radio-Canada

Il demande au premier ministre, Jason Kenney, et au ministre de la Santé, Jason Copping, de faire preuve de plus de leadership.

Ce que nous devons voir en premier lieu, c'est la transparence, l'honnêteté et toute forme de responsabilité de la part de ce gouvernement, dit-il.

David Shepherd demande aussi au gouvernement de fournir plus de données au sujet des hospitalisations aux Albertains et de présenter les options possibles envisagées.

Selon Louis Francescutti, le plus important est que le gouvernement ne dise pas que tout va bien.

« C’est insultant. La vérité, c’est qu’on a beaucoup de stress. »

— Une citation de  Louis Francescutti, médecin urgentiste à Edmonton

D'après lui, il faut d’abord reconnaître la situation afin de trouver des solutions innovantes, une à la fois.

Il précise que ces dernières doivent venir des gens qui travaillent [dans le réseau] et non des gens qui travaillent dans les bureaux et qui ne savent pas de quoi ils parlent.

Au moment de publier ce texte, le gouvernement albertain n’avait pas répondu aux demandes de réaction transmises par Radio-Canada.

Ne pas aller aux urgences inutilement

Selon les données de la province, à la fin de la semaine dernière, 51 % des hospitalisations en Alberta concernaient des personnes atteintes de la COVID-19.

En date de mardi, 25 établissements de soins aigus, dans la province, signalaient une éclosion. De plus, près de 100 établissements de soins de longue durée ont rapporté une éclosion.

Louis Francescutti rappelle aux gens qui ont la COVID-19 de ne pas se rendre aux urgences inutilement.

Si vous êtes à la maison, que vous pouvez respirer et que vous faites de la fièvre, prenez un Tylénol, dit-il. Il ajoute que se référer à son médecin de famille est aussi une solution à privilégier.

Selon lui, plus de sensibilisation auprès du public est nécessaire puisque 50 % des gens qui vont aux urgences ne devraient pas être là.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !