•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : les parents fransaskois préfèrent l’enseignement en classe

Le Pavillon élémentaire de l'École Monseigneur de Laval à Regina.

Le Pavillon élémentaire de l'École Monseigneur de Laval à Regina.

Photo : Radio-Canada / Noémie Rondeau

Le Conseil des écoles fransaskoises compte désormais un minimum de 67 infections dans ses établissements scolaires. Bien que les cas continuent d’augmenter dans les écoles du CEF, des parents fransaskois préfèrent l’enseignement en présentiel pour leurs enfants.

Jenny Côté, mère de deux enfants fréquentant le pavillon élémentaire de l’École Monseigneur de Laval, dit faire confiance au Conseil des écoles fransaskoises parce que des mesures sont en place pour réduire la transmission du virus dans les classes. Elle souligne que la communication entre le CEF et les parents est bonne et transparente.

Par ailleurs, Jenny Côté croit que l’enseignement en présentiel est nécessaire pour le développement social et psychologique de ses enfants. Elle n’est pas inquiète pour ses enfants, qui sont adéquatement vaccinés contre la COVID-19.

SI l’enseignement se poursuit en classe actuellement, elle est prête en cas de passage à l’enseignement en ligne.

De son côté, Marie-Eve Buissière a un fils qui fréquente le Pavillon secondaire des Quatre Vents. Elle préfère également l’enseignement en présentiel. Mais elle croit que l’option de l’enseignement en ligne devrait être offerte aux élèves qui doivent respecter une période d’isolement.

Daniel Fuller, dont les deux enfants fréquentent le Pavillon Monique-Rousseau de l’École canadienne-française, à Saskatoon, confirme l’importance de l’enseignement en personne pour les enfants.

« L’apprentissage se fait en socialisant et en personne, surtout pour les jeunes. »

— Une citation de  Daniel Fuller, père de deux enfants

Il applaudit la gestion de la COVID-19 par le CEF, qui, selon lui, fait le travail nécessaire pour réduire les risques de transmission grâce à des mesures sanitaires.

Cinq nouveaux cas de COVID-19 se sont ajoutés au bilan du CEF mercredi :

École du Parc : 1 cas

Pavillon Gustave-Dubois : 1 cas

Pavillon secondaire des Quatre Vents de l’École Monseigneur de Laval : 1 cas

Pavillon élémentaire de l'École Monseigneur de Laval : 1 cas

Pavillon Monique-Rousseau de l’École canadienne-française : 1 cas

Pour sa part, la Fédération des enseignants de la Saskatchewan (STF) maintient sa position concernant le mode d’enseignement. Son président, Patrick Maze, assure que l’enseignement en présentiel est essentiel à l’apprentissage et au développement des élèves.

« Si l’on veut vraiment que nos écoles restent ouvertes, nous devons limiter la transmission du virus dans la communauté. »

— Une citation de  Patrick Maze, président de la Fédération des enseignants de la Saskatchewan

En ce sens, Patrick Maze déplore qu’aucune mesure concernant les rassemblements ne soit mise en place en Saskatchewan. Il croit fermement que ce type de directive permettrait d’assurer la pérennité de l’enseignement en classe.

Patrick Maze précise que l’enseignement à distance devra être envisagé si la situation continue de s’aggraver, afin de protéger la santé et la sécurité des élèves et des membres du personnel.

Enseignement en ligne pour les écoles publiques à Regina

Du côté de la Division scolaire des écoles publiques de Regina, 526 cas ont été signalés par des élèves et des enseignants la semaine dernière. De ce nombre, 56 touchent des membres du personnel.

Pour répondre à cette augmentation de cas, la Division scolaire offrira un enseignement à distance pour les élèves du secondaire du 20 au 24 janvier. Cette décision est prise en vue des examens finaux, qui se tiendront la semaine prochaine.

La Fédération des enseignants de la Saskatchewan applaudit la proactivité de la Division scolaire des écoles publiques de Regina, qui a pris une décision en fonction de la situation sanitaire dans ses écoles. Selon son président, Patrick Maze, cette décision réduit le risque de transmission sans compromettre la semaine d’examens.

D’après les informations de Noémie Rondeau et de Katia St-Jean

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !