•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Société ferroviaire et portuaire de Pointe-Noire sonde l’intérêt des promoteurs

La baie de Sept-Îles.

La baie de Sept-Îles où se situent les installations de Pointe-Noire (Archives)

Photo : Radio-Canada / Nicolas Lachapelle

Radio-Canada

La Société ferroviaire et portuaire de Pointe-Noire (SFPPN), dont les installations ferroviaires et portuaires sont situées à l'ouest du centre-ville de Sept-Îles, lance un appel d'intérêt aux promoteurs de projets miniers pour planifier ses futures phases d'investissements. La Société est en mode planification pour les 10 prochaines années.

Le directeur des relations commerciales et du développement des affaires de la SFPPN, Gabriel Striganuk, explique que la Société souhaite connaître les besoins des promoteurs qui ont l'intention de démarrer des projets d'ici 10 ans dans la fosse du Labrador, entre autres.

Cet appel d'intérêt permettra de définir les bases du plan de développement stratégique et de planifier les prochaines phases d’investissement de la Société.

Gabriel Striganuk soutient que cette planification tombe au bon moment, étant donné que le prix du fer est bon ces temps-ci.

Il faut prévoir maintenant. Oui, le contexte est bon pour faciliter la discussion on va dire, mais ça ne nous empêche pas de vouloir nous préparer, malgré les fluctuations qui arriveront dans le futur, soutient-il.

« Parce que quand les projets arrivent, souvent, la fenêtre est courte pour profiter du moment favorable dans l'économie. Donc, si on n'est pas prêts, ça peut faire en sorte qu'on pourrait manquer des occasions d'affaires.  »

— Une citation de  Gabriel Striganuk, directeur des relations commerciales et du développement des affaires de la SFPPN

Russel Tremblay, le directeur général de Développement économique Sept-Îles, abonde dans le même sens et voit dans cet appel d'intérêt aux promoteurs miniers une bonne nouvelle pour l'économie de la ville de Sept-Îles.

Il croit que ce développement pourrait, entre autres, contribuer à la création de nouveaux emplois dans la région.

Quand on parle juste du transport, d'un million de tonnes de fer, pour une ville comme Sept-Îles, on parle d'à peu près 13 emplois en logistique, que ce soit au niveau ferroviaire, au niveau maritime, au niveau de la sous-traitance qui est reliée à ça, précise-t-il sur les impacts qu'aurait une augmentation de l'extraction de minerais.

« Quand on augmente la capacité, il y a des emplois directs qui se créent, avec ces millions de tonnes qui sont transférés. »

— Une citation de  Russel Tremblay, directeur général de Développement économique Sept-Îles

Russel Tremblay a tenu à rappeler qu'il y a beaucoup moins de risques économiques à travailler avec l'industrie du minerai de fer, puisque même si le prix du fer venait à chuter, il y existe une prime pour la qualité du fer qui provient de la fosse du Labrador, ce qui assure un certain filet de sécurité.

Par ailleurs, d'ici la fin de l'année, la capacité de manutention des installations ferroviaires et portuaires de Pointe-Noire devrait passer à plus de 20 millions de tonnes de minerai de fer annuellement.

D'après les informations de Zoé Bellehumeur

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !