•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La vaccination serait essentielle pour prévenir le variant Omicron, selon une étude

Yvonne Willmann, une employée des chemins de fer allemands, remplit une seringue à partir d'une fiole du vaccin contre la COVID-19 de l'entreprise pharmaceutique américaine Johnson & Johnson lors d'une campagne de vaccination à Berlin, en Almagne, le 30 août 2021.

L'étude tend également à prouver l'efficacité des vaccins même après une contamination, et ce, quel que soit le variant en cause.

Photo : Associated Press / Christophe Gateau

Radio-Canada

Les résultats préliminaires d'une étude effectuée à la Vaccine and Infectious Disease Organization, de l'Université de la Saskatchewan, démontrent la nécessité de recevoir le vaccin pour maximiser la défense immunitaire contre le variant Omicron.

Selon cette étude, dont les résultats n'ont pas encore été évalués par des pairs, les anticorps développés en réponse à une précédente contamination ne suffiraient pas à opposer une défense assez forte contre le variant apparu le plus récemment.

Le Dr Arinjay Banerjee et des collègues de la Vaccine and Infectious Disease Organization (VIDO), de l'Université de la Saskatchewan, se sont intéressés à la question. Ils voulaient déterminer quel facteur, entre une précédente infection à la COVID-19, le vaccin, ou les deux, permettait de mieux se protéger contre le variant Omicron.

Les échantillons d'une première cohorte, infectée par le virus au cours de la première vague, leur ont été transmis, ainsi que les échantillons d'une seconde cohorte, infectée par le variant Delta.

Or, les résultats préliminaires de cette étude pourraient décevoir les personnes qui fondaient de l'espoir dans l'immunité développée après une première contamination.

Si on contracté le virus lors de la première vague ou lors de la vague du variant Delta, on n'a pas suffisamment d'anticorps pour être protégé contre le variant Omicron, constate le Dr Arinjay Banerjee.

L'étude tend également à prouver l'efficacité des vaccins même après une contamination, et ce, quel que soit le variant en cause.

Les deux doses de vaccin, ajoute l'expert, augmentent le nombre d'anticorps pour lutter contre tous les variants du virus, y compris les variants Delta et Omicron.

Le Dr Arinjay Banerjee conseille donc à toutes les personnes qui ont déjà été infectées de recevoir les doses du vaccin, car la preuve de leur efficacité a été démontrée. Nous ne spéculons plus, indique-t-il.

Le chercheur précise qu'il s'agit de données récoltées sur des Canadiens et traitées dans des laboratoires canadiens.

Avec les informations de Geneviève Patterson et Désiré Kafunda

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !