•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Levée des restrictions : il faut attendre au moins février, affirme le Dr Roumeliotis

Des piétons marchent près d'une affiche sur laquelle il est écrit « ouvert, pour emporter ».

Le Dr Roumeliotis milite pour une réouverture progressive en février en Ontario, si la situation pandémique le permet (archives).

Photo : Radio-Canada / Christian Patry

Radio-Canada

Alors que l’Ontario réfléchit à une levée des restrictions sanitaires, le médecin hygiéniste du Bureau de santé de l’est de l’Ontario (BSEO) et président de l’Association des agences locales de santé publique, le Dr Paul Roumeliotis, estime qu’il ne faut pas se précipiter.

Lors d’un point de presse, mercredi, le Dr Roumeliotis a fait le point sur la situation de la pandémie dans l’est ontarien.

Si le nombre de nouveaux cas ne constitue plus une donnée aussi fiable, compte tenu des difficultés de dépistage, le médecin hygiéniste observe une amélioration de la situation.

La tendance montre une baisse [des cas] dans la plupart des bureaux de santé, même si on ne teste pas tout le monde. [...] Le taux de transmission commence à diminuer dans notre région, a-t-il indiqué.

Alors que le BSEO ne partage plus de données quotidiennes liées à la COVID-19 en raison d’une mise à jour de son site Internet, l’est ontarien compte actuellement 3402 cas actifs et 41 éclosions, a précisé le Dr Roumeliotis. Le bilan des décès est toujours de 140.

Photo du médecin devant le Centre Nav, à Cornwall.

Le médecin hygiéniste du Bureau de santé de l’est de l’Ontario (BSEO) et président de l’Association des agences locales de santé publique, le Dr Paul Roumeliotis (archives)

Photo : Radio-Canada / Jean-François Poudrier

Quant au taux de positivité, de l’ordre de 22,2 %, il commence à diminuer sur le territoire.

Toujours est-il qu’il faut patienter encore un peu pour évaluer cette tendance et commencer à lâcher du lest, a insisté le Dr Roumeliotis.

Je pense que le 26 [janvier], c’est un peu trop tôt. Peut-être une semaine après. Ça va nous donner du temps. Nous avons besoin de cinq ou six jours de plus pour voir où on en sera. C’est dur à dire aujourd’hui, mais je vois une tendance à la diminution. C’est une décision du gouvernement, je sais qu’il y réfléchit.

Plus tôt mercredi, la ministre de la Santé de l'Ontario, Christine Elliott, a dit voir le bout du tunnel et promis plus de détails cette semaine sur la levée des restrictions, alors que l’Ontario recense 60 décès supplémentaires et plus de 4100 hospitalisations pour un deuxième jour de suite.

Je ne m’attends pas à ce que tout rouvre d’un coup, mais plutôt à ce qu’on revienne à la situation de décembre, à 50 % [de capacité]. On va rouvrir de façon prudente, envisage le Dr Roumeliotis.

Un appel à la vaccination

Actuellement, l’est ontarien compte 35 hospitalisations dans ses six hôpitaux, dont huit patients se trouvent aux soins intensifs à cause de la COVID, a ajouté le médecin hygiéniste du BSEO.

La plupart [des gens hospitalisés] sont vaccinés, mais proportionnellement, on a plus de non-vaccinés, a-t-il indiqué.

Selon les données de la province, au 17 janvier 2022, a-t-il cité, le taux de cas de COVID-19 est de 99 par 100 000 pour les personnes non vaccinées, contre 52 par 100 000 pour les personnes vaccinées. Quant au taux d’admission aux soins intensifs à l’échelle de la province, il est de 26 par 100 000 pour les non-vaccinés, contre 2 par 100 000 pour les vaccinés, a-t-il précisé.

Le taux d’admission [à l’hôpital] est beaucoup plus élevé chez les personnes non vaccinées, a martelé le Dr Roumeliotis, alors que 80,9 % des résidents de l’est ontarien de cinq ans et plus sont doublement vaccinés et que 46,6 % des 18 ans et plus ont reçu trois doses.

Il invite tous les résidents à recevoir leur première, leur deuxième ou leur troisième dose le plus rapidement possible.

Actuellement, la directive, c’est : aussitôt que vos symptômes et la période d’isolation sont terminés, il faut se faire vacciner.

Un nouveau décès à Ottawa

Du côté d’Ottawa, 83 résidents sont actuellement hospitalisés pour une infection active, dont 10 se trouvent aux soins intensifs. Deux hospitalisations concernent des personnes de 10 à 19 ans, et une personne dans la vingtaine est toujours aux soins intensifs.

Santé publique Ottawa (SPO) dénombre par ailleurs 255 nouveaux cas et 4128 cas actifs.

La COVID-19 a fait une victime de plus, une personne septuagénaire, établissant le bilan de la pandémie à 650 décès.

Au total, 159 éclosions sont en cours, dont 68 dans des foyers de soins de longue durée et des maisons de retraite de la ville.

La campagne de vaccination pour la troisième dose continue de progresser, même si la tempête de neige de lundi, en forçant la fermeture des centres de vaccination, l’a un peu ralentie. Selon les données de mercredi de SPO, 57 % des résidents d’Ottawa de cinq ans et plus ont reçu leur dose de rappel, contre 48 % lundi.

Deux morts de plus en Outaouais

Du côté de l’Outaouais, 200 nouvelles infections s’ajoutent au bilan de la pandémie, mercredi, selon l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ). Au total, 31 455 cas ont été recensés depuis février 2020 dans la région.

L’Outaouais compte présentement 1643 cas actifs et 135 hospitalisations, dont 6 aux soins intensifs. Il s'agit d'une augmentation de cinq hospitalisations par rapport à la veille.

Selon l’INSPQ, deux victimes de la COVID-19 s’ajoutent aux décès liés à la pandémie dans la région, pour un total de 243 morts.

À l'échelle de la province, le flot d'hospitalisations ralentit, mercredi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !