•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les conseillers de Calgary obtiennent un soutien financier pour leur sécurité

Sculpture d'un lion devant l'entrée du bâtiment municipal de Calgary.

Le vote pour une aide financière pour la sécurité des conseillers étaient serré à 8 contre 7.

Photo : Radio-Canada / Justin Pennell

Par un vote serré de 8 contre 7, le conseil municipal de Calgary octroie un financement maximum de 8000 $ pour chaque conseiller qui désire améliorer la sécurité de sa résidence personnelle.

Ce budget de sécurité inclut le financement de frais mensuels à hauteur de 100 $ par mois qui servirait par exemple à installer des caméras de vidéosurveillance.

La décision fait suite à la visite de manifestants contre les mesures sanitaires qui se sont rendus devant les résidences des conseillers Gian-Carlo Carra et de la mairesse, Jyoti Gondek, au cours des dernières semaines.

C’est une solution temporaire, précise la mairesse Gondek. Un autre vote devra déterminer si ce financement est récurrent.

« Je ne connais pas la situation financière de mes collègues et j’étais perturbée à l’idée qu’ils ne puissent se payer une sécurité adéquate. »

— Une citation de  Jyoti Gondek, mairesse de Calgary

La décision ne fait pas l’unanimité

Les conseillers André Chabot, Sonya Sharp, Sean Chu, Raj Dhaliwal, Terry Wong, Jennifer Wyness et Dan McLean ont voté contre la mesure.

Tous reconnaissent que certains de leurs confrères peuvent craindre pour leur sécurité dans le contexte actuel et qu’une maison devrait être un sanctuaire, mais selon eux, les risques encourus font partie du métier.

C’est à ça que nous nous sommes engagés et si nous voulons une sécurité supplémentaire, nous devrions la régler nous-même, car nous sommes très bien rémunérés, croit le conseiller Dan McLean.

Augmenter son système de sécurité résidentiel est quelque chose que les conseillers auraient dû prévoir quand ils se sont lancés dans la course, dit de son côté André Chabot.

Selon le conseiller Courtney Walcott, ce budget supplémentaire n’est pas une question de rémunération, mais plutôt une question de protéger notre démocratie.

Si nous ne nous sentons pas en sécurité, comment pouvons-nous faire notre travail et protéger nos citoyens?, s’est-il demandé lors des débats au conseil municipal mardi. Nous avons remarqué dans ce climat tendu des changements importants à la sécurité des élus de tous les paliers de gouvernement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !