•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Attention aux infections respiratoires chez les enfants

Un spécialiste décortique le virus respiratoire syncytial

Une pédiatre examine un bébé avec un stéthoscope dans la salle médicale d'un hôpital.

Soins communs Manitoba sonne l'alarme, alors que les infections respiratoires chez les enfants sont en hausse au Manitoba. (archives)

Photo : getty images/istockphoto / eggeeggjiew

Les infections respiratoires chez les enfants sont en hausse au Manitoba, plus particulièrement les cas du virus respiratoire syncytial (VRS), qui est le plus présent actuellement, selon Soins communs Manitoba.

Ce virus peut rendre les enfants en bas âge extrêmement malades, selon Aaron Chiu, néonatologiste et directeur du programme de prophylaxie du VRS au Manitoba.

Voici ses réponses à nos questions.

Pouvez-vous nous expliquer quelle est la situation actuelle concernant les infections respiratoires chez les enfants?

Depuis les dernières années, nous nous sommes concentrés sur le virus de la COVID-19. En hiver, nous avons toutefois d’autres virus qui apparaissent, dont certains touchent particulièrement les enfants.

Le plus commun, actuellement, est le VRS. Il s’agit d’un virus que l’on voit chaque saison hivernale et qui peut rendre les enfants très malades. Cette année, nous observons une hausse du nombre de cas d’enfants atteints de ce virus.

Aaron Chiu.

Le Dr Aaron Chiu recommande d'appliquer les mesures sanitaires contre la COVID-19, tels que le lavage des mains et la distanciation, pour prévenir la propagation d'autres virus. (archives)

Photo : Radio-Canada

Quels sont les symptômes du VRS chez les enfants?

Le VRS provoque beaucoup de problèmes chez les jeunes enfants, car il cause beaucoup de sécrétion qui vont se loger dans les poumons. Cela rend la respiration des enfants difficile.

Il faut donc vérifier si l’enfant a une respiration plus rapide et plus difficile, s’il mange et boit bien et s’il est léthargique ou semble extrêmement fatigué.

Si des parents sont inquiets, ils devraient consulter un médecin. Ce virus est très virulent. Les enfants peuvent se retrouver rapidement aux soins intensifs, voire sous respirateur.

Que devraient faire les parents pour protéger leurs enfants?

Les mesures sanitaires que recommande la santé publique pour se protéger contre la COVID-19 sont efficaces pour tous les virus.

Nous recommandons aux parents de maintenir une distanciation sociale lorsque c’est possible, d’éviter les foules et de bien se laver les mains.

On évitera, par exemple, de toucher le visage de son enfant sans s’être lavé les mains. Le VRS peut rester longtemps sur les mains et se propager ailleurs, comme sur le comptoir de la cuisine, le divan du salon, etc.

Il faut également faire attention aux rassemblements familiaux. Si on sait que quelqu’un a le nez qui coule, on ne le laisse pas embrasser son enfant.

À quel âge faut-il faire particulièrement attention à ce virus?

Les enfants en bas âge sont les plus à risque. C'est particulièrement le cas de ceux qui ont moins de 1 an et qui ont des problèmes de santé, notamment aux poumons et au cœur.

Nous sommes aussi inquiets pour les enfants nés prématurément, puisque leurs poumons sont encore en train de se développer.

Nous, les adultes, nous contractons ce virus chaque année. Nous avons un peu le nez qui coule, un peu de toux, mais rien de sérieux. Mais ce qui peut sembler un simple rhume peut être bien plus grave.

Pourquoi les enfants sont-ils davantage touchés par le VRS?

Leurs voies respiratoires sont plus petites. Elles sont bloquées plus rapidement par les sécrétions.

Les enfants nés l’année dernière sont plus à risque de développer des symptômes graves du VRS, car il était peu présent. Les mères y ont également été moins exposées.

Les enfants n’ont donc pas pu acquérir une immunité naturelle en comparaison de ce qui se passerait si le VRS s’était davantage propagé.

Combien d’enfants ont-ils été atteints de ce virus jusqu’à présent?

Il y a eu plus de 20 cas, ces 6 à 8 dernières semaines.

Nous avons constaté une augmentation du nombre d'enfants atteints avant Noël, et cela s’est poursuivi durant la période des Fêtes.

Y a-t-il plus de cas que l’année dernière?

C’est une situation différente de l’année dernière, lorsque le virus de la COVID-19 était prédominant.

Il y a plusieurs virus qui ne sont pas apparus l’année dernière, car énormément de gens ont été infectés par la COVID-19.

Nous faisions aussi plus attention à bien nous laver les mains, à respecter la distanciation sociale, à porter le masque… Bref, à faire attention aux personnes qui nous entourent.

Actuellement, il y a plus de virus qui apparaissent que l’année dernière.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !