•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Onze nouveaux décès liés à la COVID-19 en Estrie

Un travailleur de la santé prépare une dose de vaccin contre la COVID-19.

Une dose de vaccin contre le coronavirus.

Photo : Associated Press / Darko Vojinovic

Onze personnes de plus ont succombé aux complications de la COVID-19 au cours des deux derniers jours en Estrie. Depuis le début de la pandémie en mars 2020, ce sont 464 personnes qui en sont mortes.

Selon le bilan de la santé publique en Estrie, 506 nouvelles infections ont aussi été confirmées aux centres de dépistage au cours des deux derniers jours. Ce nombre n'inclut pas les personnes ayant reçu un diagnostic positif à partir d'un test effectué à la maison.

Actuellement, 123 milieux, dont plusieurs résidences pour aînés, sont en éclosion.

Une amélioration du côté des hospitalisations

À l'instar du Québec, le nombre d'hospitalisations connaît cependant une baisse au sein du CIUSSS de l'Estrie - CHUS, alors que 132 patients atteints de la COVID sont présentement dans les hôpitaux de l'Estrie pour des soins de courte durée.

Les patients atteints de la COVID-19 sont aussi en baisse aux soins intensifs, alors que 17 s’y trouvent comparativement à 20, la veille.

La couverture vaccinale continue également de croître. Ce sont maintenant 79,7 % des Estriens qui ont reçu deux doses de vaccin, alors que 85,9 % ont reçu au moins une dose. 

Quant aux travailleurs de la santé, 95,7 % sont adéquatement vaccinés. Le bilan rapporte que 472 membres du personnel ont reçu un diagnostic de la COVID-19.

Un plan pour optimiser les services dans les hôpitaux

Cette semaine, Radio-Canada a obtenu un plan présenté au ministre de la Santé visant à redéfinir les soins dans les hôpitaux.

Pour faire un résumé simple, c’est comment on peut optimiser l’utilisation de nos ressources et être le plus pertinent possible quand on fait quelque chose, autant dans l’utilisation de nos ressources que dans l’utilisation des lits d’hospitalisation, a expliqué le Dr Benoît Heppell, chef du département de médecine générale au CIUSSS de l’Estrie - CHUS, en entrevue au Téléjournal Estrie.

Dans le but de diminuer l’utilisation de l’hôpital, les établissements de santé pourraient par exemple opter pour une meilleure utilisation des Groupe de médecine de famille et pour une optimisation des soins à domicile, explique-t-il.

Quand je lis le briefing que les journalistes ont eu la chance de lire, j’aurais pu changer la date du 18 janvier 2022 par la date du 18 janvier 2021 ou 2020, en disant "avec la pandémie qui s’en vient, voici ce qu’on devra faire pour être efficients, bien utiliser nos ressources”. Ça aurait eu pleinement de sens, ajoute-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !