•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Décès de Claire Noël, pilier de la scène culturelle franco-manitobaine

Claire Noël souriante.

Claire Noël a cofondé l'Association culturelle de la francophonie manitobaine. (archives)

Photo : Claire Noël

Claire Noël est décédée mardi après-midi, à l’âge de 85 ans. Elle est surtout connue pour son engagement dans le milieu culturel franco-manitobain.

Mère de six enfants, elle a été la cofondatrice de l’Association culturelle de la francophonie manitobaine (ACFM) et du Centre culturel Sainte-Anne, le premier centre culturel franco-manitobain.

Elle a également travaillé pour le Conseil interprovincial pour la diffusion de la culture (CIDC) et pour le journal La Liberté, comme correspondante pour la région de Sainte-Anne.

Elle affectionnait particulièrement le chant et a enseigné le piano pendant une dizaine d’années à Sainte-Anne.

L’égalité entre les femmes et les hommes et la protection de la langue française étaient des valeurs très importantes pour elle, avait-elle un jour raconté aux autrices du livre Manitobaines engagées.

Commentateur de la scène politique et lui aussi engagé dans la francophonie, Michel Lagacé a rencontré pour la première fois Claire Noël lorsqu’il était président du conseil d’administration de Presse-Ouest, de 1978 à 1981. Elle est était bien ancrée dans sa francophonie et un modèle de bien des manières , souligne-t-il.

J’aimais beaucoup sa façon d’essayer de trouver une solution équitable à toute question qui était soulevée. Il faut aussi reconnaître sa bonne humeur, sa grande disponibilité et surtout son attachement à la langue française, raconte-t-il.

La directrice générale du Comité culturel de Sainte-Anne, Diane Connelly, décrit Claire Noël comme une mentore qui incarnait la culture à Sainte-Anne.

Elle était bénévole dans beaucoup d’organisations et de comités à Sainte-Anne. S’il y avait quelque chose de fun qui se passait à Sainte-Anne, c’était toujours Claire qui était responsable ou qui aidait, rappelle Diane Connelly.

Elle souhaiterait que le Comité culturel de Sainte-Anne, qui célèbre cette année le 50e anniversaire de sa fondation, rende hommage à la disparue.

Avec des informations d'Abdoulaye Cissoko

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !