•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une crème antigel qui prévient les engelures de la peau

Un homme se tient dans le froid intense.

Les engelures peuvent endommager des tissus plus profonds comme les muscles et les os.

Photo : iStock

Radio-Canada

Une crème topique qui pourrait aider à prévenir les engelures chez les personnes exposées au froid extrême a été mise au point par des scientifiques indiens.

Les engelures sont des lésions inflammatoires douloureuses qui apparaissent à des endroits du corps exposés au froid. Elles provoquent des enflures rouges, violacées, douloureuses, ainsi que des ampoules, et des crevasses habituellement sur le nez, les oreilles, les mains ou les orteils.

Les engelures se produisent lorsque des cristaux de glace se forment sur la peau et peuvent entraîner la mort cellulaire dans la zone exposée et nécessiter une amputation.

En outre, les engelures peuvent endommager des tissus plus profonds, comme les muscles et les os, provoquant parfois des infections secondaires et des lésions nerveuses permanentes.

Le traitement actuel consiste à réchauffer rapidement le membre atteint pour inverser la congélation des tissus, mais de nombreuses cellules sont souvent déjà mortes.

Récemment, les scientifiques ont mis au point des stratégies de prévention des engelures, telles que des vêtements chauffés ou des protéines antigel transgéniques, mais ces approches sont souvent coûteuses, peu pratiques, ou présentent des problèmes de sécurité, expliquent dans un communiqué les créateurs de la crème décrite dans un article publié dans la revue ACS Applied Biomaterials (Nouvelle fenêtre) (en anglais).

Risques d’engelure selon le refroidissement éolien :

  • 0 à -27 : faible risque
  • -28 à -39 : risque accru, la peau peut geler en 10 à 30 minutes
  • -40 à -47 : risque élevé, la peau peut geler en 5 à 10 minutes
  • -48 à -54 : risque élevé, la peau peut geler en 2 à 5 minutes
  • -55 et moins : risque élevé, la peau peut geler en moins de 2 minutes

Une crème topique

La crème créée par la biochimiste Munia Ganguli et ses collègues de l’institut Génomique et biologie intégrative situé à New Delhi doit être appliquée sur la peau 15 minutes avant une exposition à un froid intense.

Dans un premier temps, l’équipe indienne a testé les propriétés de prévention des gelures d'une combinaison de molécules synthétiques couramment utilisées dans les laboratoires de cryoconservation des cellules. Ils ont particulièrement étudié le diméthylsulfoxyde (DMSO), qui empêche la formation de cristaux de glace à l'intérieur des cellules et l'alcool polyvinylique (PVA), qui empêche la formation de cristaux de glace dans les espaces entre les cellules.

Les chimistes ont testé la capacité de différentes quantités de DMSO et de PVA, seules ou en combinaison, à prévenir la mort de cellules cultivées exposées à une température de congélation. Ils ont constaté que le DMSO à 2 % combiné à 1,6 mg/mL de PVA procurait le taux de survie cellulaire le plus élevé (environ 80 %), tout en protégeant la membrane cellulaire et le cytosquelette.

Cette combinaison, appelée SynAFP, a également permis aux cellules de se diviser et d'exprimer des protéines plus normalement après un stress dû au froid, ajoutent les chercheurs.

Ils ont ensuite testé leur création sur des souris en la mélangeant avec une crème commerciale à l'aloe vera. Lorsqu’elle était appliquée 15 minutes avant l’exposition au froid, la crème a permis de réduire la taille des plaies dues aux gelures, les lésions tissulaires et l'inflammation, et a accéléré la guérison, par rapport à l'absence de traitement. Elle n’a toutefois pas empêché les engelures lorsqu'elle était appliquée 30 minutes ou plus avant l’exposition.

Les chercheurs veulent maintenant tester la crème antigel chez l'humain, et établir la fréquence à laquelle elle doit être réappliquée pour rester efficace.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !