•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Formation refusée parce qu’elle travaille au CIUSSS

Deux infirmières qui travaillent dans une unité de soins intensifs.

Les employés du CIUSSS MCQ se voient empêchés d’accéder à leur formation en raison de l'accélération de la pandémie.

Photo : getty images/istockphoto

Radio-Canada

Une préposée aux bénéficiaires, qui se destinait à devenir infirmière auxiliaire, dénonce une situation qu'elle trouve injuste et incohérente, et qui touche plus de 90 employés du réseau de la santé dans la région. À moins de trois jours d'avis, tous les employés du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie et du Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ) qui ont pourtant été acceptés dans un programme accéléré de soins infirmiers se voient refuser l'entrée en classe.

Je me sens un peu flouée, puis un peu trahie. Je me sens pénalisée parce qu'il y a des gens qui viennent de l'extérieur et ils peuvent aller suivre leur formation, mentionne la jeune femme qui a accepté de témoigner sous le couvert de l'anonymat, par crainte de représailles. Comme le rapporte cette préposée, les étudiants provenant de l’extérieur du réseau de la santé ont pu entreprendre leur formation cette semaine, comme prévu, contrairement aux autres, déjà à l'emploi du CIUSSS.

Dans une lettre datée du 14 janvier, les ressources humaines du CIUSSS MCQ attribuent le report de la formation à la forte accélération de la pandémie et à la nécessité de garder l'ensemble des employés au travail . La situation a des conséquences pour l'employée qui souhaitait avoir le libre choix pour modifier son plan de carrière.

« C'est beaucoup de frustrations, parce qu'on se rend compte que l'employeur a beaucoup plus de pouvoir qu'on pensait sur ce qu'on peut faire »

— Une citation de  Employée anonyme qui ne peut suivre sa formation

Elle s'était préparée à ce retour à l'école. Elle a déboursé ses frais d'inscription de 700 $ et a décliné dernièrement un poste pour se consacrer pleinement à ses études.

Moi, j’adore mon métier. Puis, souvent, on le dit, en santé, c’est vraiment une vocation. C’est vrai. Faut être prêt à faire beaucoup d'heures. Faut être prêt à avoir toute la patience du monde avec les gens. Moi, j'adore ça. Je voulais vraiment en connaître plus, en apprendre plus là-dedans, explique-t-elle.

La jeune femme a aussi cumulé les heures supplémentaires à l'instar de ses collègues. D'ailleurs, la semaine de vacances, qui lui avait été accordée et qui devait avoir lieu la semaine dernière, a été annulée. Ajoutez à cela le report de sa formation. Elle se sent démotivée au plus haut point et envisage même une réorientation de carrière.

J'ai beaucoup de remises en question sur mon avenir dans le système. J'envisage une réorientation de carrière… Je l'envisage parce que je trouve qu'on est un peu à la merci du système en ce moment, avoue la préposée.

La formation accélérée devait durer 14 mois pour celle qui est maintenant de retour à son poste en CHSLD, en attendant la suite des choses.

Le CIUSSS MCQ a décliné notre demande d'entrevue. Par courriel, on nous indique que la formation ira de l'avant dès que le contexte sera plus favorable . La formation est donc reportée, mais jusqu’à quand?

On est comme un peu dans le néant. On n'a pas de réponses, indique-t-elle.

Pour ce qui est des préposés aux bénéficiaires et des aides de service concernés, le CIUSSS MCQ écrit que leur contribution au travail dans le contexte actuel est essentielle pour le maintien des services .

D'après le reportage de Marie-Ève Trudel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !