•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec finance un autre projet de lutte contre l’érosion aux Îles-de-la-Madeleine

Une petite plage sablonneuse est coincée entre des falaises escarpées.

Québec financera des travaux pour contrer l'érosion côtière qui menace le chemin du Gros-Cap (archives).

Photo : Radio-Canada / Laurie Dufresne

Le ministère de la Sécurité publique et la Municipalité des Îles-de-la-Madeleine ont conclu un protocole d'entente pour protéger de l’érosion une portion du chemin du Gros-Cap dans le secteur de l'Étang-du-Nord.

La zone à protéger s’étend sur moins d’un kilomètre. Plusieurs résidences, le Centre de la petite enfance La Ramée et le poste de police de la Sûreté du Québec se trouvent dans ce secteur particulièrement vulnérable à l’érosion côtière.

Le maire des Îles-de-la-Madeleine, Jonathan Lapierre, n'a pas voulu dévoiler le montants consenti par Québec ni la facture totale du projet, avant une annonce gouvernementale officielle.

Jonathan Lapierre affirme que la part payée par le gouvernement provincial sera plus importante que dans les projets similaires financés dans le passé.

Depuis le début, on cherche à diminuer la part du milieu, donc on a fait des revendications auprès du Cabinet de la ministre de la Sécurité publique Geneviève Guilbault et de notre ministre régional Jonatan Julien, explique M. Lapierre. Ce que je peux vous dire aujourd'hui, c'est que plus les semaines et les mois passent, plus le message semble être entendu.

« C'est une contribution plus qu'importante qu'on va recevoir du gouvernement dans ce dossier-là. »

— Une citation de  Jonathan Lapierre, maire des Îles-de-la Madeleine

Il s’agit du quatrième site sur les six zones prioritaires ciblées par la Commission permanente sur l'érosion des berges de la Communauté maritime des Îles à bénéficier d’une aide financière provinciale pour construire des ouvrages de protection.

Le ministère de la Sécurité publique a déjà octroyé sept millions de dollars pour protéger les falaises de Cap-aux-Meules et quatre millions de dollars pour effectuer la recharge de plage du site historique de La Grave.

Du gravier déchargé sur la plage du site historique de La Grave et de la machinerie.

Amorcée à l'automne, la recharge de plage du site de La Grave n'est pas encore complétée (archives).

Photo : Gracieuseté de Martin Painchaud

De son côté, le ministère du Tourisme a annoncé en juin une aide de 477 000 $, échelonnée sur deux ans, à la Corporation du parc de Gros-Cap pour réaliser des travaux de protection sur le littoral côtier de la presqu'île de Gros-Cap.

Le parc de Gros-Cap.

Les travaux prévus au Parc de Gros-Cap permettront de maintenir l'accès au site et de sécuriser les bâtiments et les installations septiques (archives).

Photo : Luc Miousse

Par ailleurs, le ministère des Transports a investi 14 millions de dollars pour protéger la route 199 dans le secteur de Pointe-aux-Loups. Le MTQ devrait également verser un million de dollars dans le projet de La Grave.

Protection des falaises du centre-ville : l’échéancier repoussé en 2023

L'échéancier pour réaliser l'important chantier de protection des falaises du centre-ville de Cap-aux-Meules contre l'érosion est reporté d'un an.

En 2020, la Municipalité des Îles-de-la-Madeleine avait conclu une entente avec le ministère de la Sécurité publique qui exigeait la fin des travaux en mars 2022, soit dans moins de trois mois.

Pourtant, le chantier n'est pas encore mis en branle. Seuls des travaux d'urgence ont été réalisés au printemps derrière le cinéma Cyrco.

Québec a donc accepté de reporter l'échéance au 31 mars 2023 afin que le financement provincial de 7 millions de dollars déjà alloué demeure disponible.

Les travaux prévus s'étendront sur plus de 800 mètres de côte, entre le cinéma Cyrco et la Résidence Plaisance.

 L'hôpital de Cap-aux-Meules, vu de la mer, avec une falaises érodée en avant-plan.

Les travaux de protection des falaises vont notamment protéger les bâtiments du CISSS des Îles (archives).

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Le maire des Îles-de-la-Madeleine affirme que de nombreux éléments expliquent qu’il a été impossible de respecter l’échéancier initialement prévu , dont les délais d'obtention des différentes autorisations gouvernementales requises, la COVID-19 et les ressources municipales limitées.

On a concentré nos énergies sur le site de La Grave, évidemment, on a des ressources limitées qui sont consacrées à ces dossiers-là, explique Jonathan Lapierre.

« On ne peut pas mener de front tous ces projets-là de façon simultanée. Je pense que le ministère l'a bien compris »

— Une citation de  Jonathan Lapierre, maire des Îles-de-la-Madeleine

D'ailleurs, ce n’est que mardi soir que la Municipalité des Îles-de-la-Madeleine a autorisé la demande de certificat d'autorisation auprès ministère de l'Environnement pour la réalisation des travaux au pied des falaises de Cap-aux-Meules.

Des falaises érodées avec une clôture pour bloquer l'accès à un sentier, avec le bâtiment commercial Cyrco à l'arrière.

Des travaux d'urgence ont eu lieu au printemps 2021 pour protéger le bâtiment commercial qui abrite, entre autres, le cinéma Cyrco (archives).

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

La facture totale du chantier de Cap-aux-Meules est estimée à 11,6 millions de dollars. La part de la Municipalité devrait s’élever à 1 million de dollars, la balance étant assumée par Québec et Ottawa.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !