•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début de la construction d’une nouvelle usine d’eau potable à Drummondville

Une personne se sert un verre d'eau directement du robinet.

Drummondville amorce les travaux de construction de son usine de traitement des eaux (archives).

Photo : iStock

Radio-Canada

La construction de la nouvelle usine de traitement de l'eau potable de Drummondville débute sur le boulevard Mercure avec les premières phases de démolition, d'excavation, de soutènement et de bétonnage.

Le projet de 108,5 millions $ vise à remplacer l'usine de traitement de l'eau potable actuelle, qui a été construite en 1928. Elle arrive à la fin de sa vie utile et ses équipements fonctionnent au maximum de leur capacité.

La Ville de Drummondville assure que la desserte en eau potable ne sera pas touchée pendant les travaux, bien que la nouvelle usine soit bâtie en façade de l'actuelle, tout près de la rivière Saint-François.

Pour réaliser le projet, la Ville bénéficie d'une subvention de l'ordre de 32,2 millions $ du Fonds pour l'infrastructure municipale d'eau (FIMEAU) et d'une autre de 36 millions $ par l'entremise du Programme de la taxe sur l'essence et de la contribution du Québec (TECQ), dont les bailleurs de fonds sont les gouvernements du Canada et du Québec. Les municipalités avoisinantes desservies en eau potable apportent également une contribution de 10 millions $, tandis que la Ville de Drummondville investira 30,1 millions $.

La nouvelle usine traitera d'abord un débit de près de 75 000 mètres cubes d'eau potable par jour, pour atteindre près de 90 000 mètres cubes par jour dans un horizon de 30 ans.

La mise en activité complète de la nouvelle usine de traitement de l'eau est prévue pour l'été 2025.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !