•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Doug Ford organise un sommet sur la « crise du logement » en Ontario

Un travailleur installe un panneau sur un chantier de construction.

Le marché immobilier a connu une année record en 2021 dans le Grand Toronto.

Photo : La Presse canadienne / Cole Burston

Radio-Canada

Le premier ministre ontarien Doug Ford a réuni des élus municipaux mercredi lors d'un sommet virtuel pour discuter de solutions à la flambée des prix de l'immobilier dans la province.

Le prix moyen d'une propriété dans le Grand Toronto, par exemple, a dépassé la barre de 1 million de dollars en 2021.

Le logement pourrait être l'un des principaux enjeux de l'élection provinciale prévue pour juin.

Dans son allocution, mercredi matin, le premier ministre Ford a décoché d'emblée une flèche à l'endroit de ses prédécesseurs libéraux, les accusant d'être responsables de la situation actuelle, même s'il est au pouvoir depuis 2018.

« L'Ontario traverse une crise du logement. Ce n'est pas un secret... c'est la faute de décennies d'inaction de la part des gouvernements précédents. »

— Une citation de  Doug Ford, premier ministre de l'Ontario

M. Ford dit que, sous sa gouverne, les mises en chantier résidentielles ont grimpé à leur plus haut niveau en une décennie en 2020.

Le premier ministre ontarien avait invité son homologue fédéral, Justin Trudeau, au forum, en plus de maires et de préfets ontariens. Toutefois, le premier ministre canadien n'y participera pas.

Le ministre ontarien des Affaires municipales et du Logement, Steve Clark, dit que le logement abordable est une priorité pour son gouvernement. Il affirme que le sommet est l'occasion de coordonner avec les municipalités la construction accélérée de logis dans la province.

Les progressistes-conservateurs ont aussi annoncé la formation d'un groupe de travail sur l'habitation, qui doit évaluer des façons d'accroître l'offre de maisons et de logements à louer, en plus de réduire les tracasseries administratives. Un rapport est attendu l'an prochain.

Le NPD a rétorqué à ce sujet que les solutions étaient déjà connues et que le gouvernement Ford devait cesser de tergiverser.

Un signe de l'effervescence du marché immobilier en Ontario : la province a engrangé 3,7 milliards de dollars en 2020-2021 grâce à la taxe d'enregistrement immobilier. Ces revenus doivent croître à plus de 5 milliards pour 2021-2022.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !