•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : à quels soutiens financiers ont droit les travailleurs du N.-B.?

Un salon de coiffure vide.

En cas de confinement, comme c'est le cas en ce moment au Nouveau-Brunswick, une subvention fédérale existe pour les employés et les travailleurs autonomes, sous certaines conditions (archives).

Photo : Radio-Canada / Ron Boileau

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick offre quelques programmes d'aide financière pour les travailleurs touchés par le confinement en vigueur actuellement. Des prestations d’urgence fédérales existent aussi et plusieurs pourraient y être admissibles. En voici un survol.


Prestation canadienne pour les travailleurs en cas de confinement (PCTCC)

Anciennement appelée la Prestation canadienne de relance économique et avant cela, la Prestation canadienne d’urgence, la Prestation canadienne pour les travailleurs en cas de confinement offre aux travailleurs autonomes et salariés admissibles une aide de 270 $ par semaine après les retenues d’impôt en cas de confinement.

Avec le décret de la phase 3 du plan hivernal, une partie de la population néo-brunswickoise peut désormais déposer une demande pour en bénéficier. Le site du gouvernement fédéral spécifie qu’une demande peut être déposée jusqu’à 60 jours suivant la fin d’une période donnée.

Ce programme est également disponible aux salariés lorsque la province réduit à 50 % la capacité des commerces, avait déclaré la ministre fédérale des Finances, Chrystia Freeland, en décembre. Dans ce contexte-ci, il faudrait que cette baisse de la capacité soit accompagnée d'une perte d'au moins 50 % de ses revenus.

Il est possible d’obtenir ce soutien financier que l’on soit admissible, ou non, à l’assurance-emploi ou aux prestations de la relance économique. À noter, cependant, qu’une seule demande d’aide peut être faite durant la même période.


Prestation canadienne de la relance économique des proches aidants (PCREPA)

Ce programme, qui a été prolongé jusqu’au 7 mai, permet aux employés et travailleurs indépendants de s’absenter du travail jusqu’à 44 semaines pour s’occuper d’un enfant de moins de 12 ans ou d’un membre de la famille nécessitant des soins supervisés en raison de la COVID-19.

Les conditions s’appliquent notamment si l’établissement scolaire de l’enfant est fermé à cause de la situation sanitaire de la province.

Il s’agit d’une prestation de 450 $ par semaine après impôts. Elle doit être renouvelée à une fréquence hebdomadaire pour continuer à y avoir accès.

Les personnes qui perçoivent cette aide ne peuvent pas empocher d’autres prestations en même temps et ne doivent pas être admissibles à l’assurance-emploi.


La prestation canadienne de maladie pour la relance économique (PCMRE)

La PCMRE fournit 500 $ par semaine, imposables, à celles et ceux qui manquent au moins 50 % de leurs heures de travail au cours d’une semaine à la suite d’un diagnostic de COVID-19, que ce soit à titre d’employé ou de travailleur autonome.

Les personnes avec des conditions médicales qui les rendent plus vulnérables face à la maladie peuvent également y être admissibles.

Tout comme la PCREPA, celle-ci requiert de déposer une nouvelle demande pour chaque semaine d’invalidité.

Pour recevoir l’une de ces trois prestations fédérales, il est impératif d’avoir gagné un revenu d’au moins 5000 $ au cours des années 2019, 2020 ou 2021, ou encore dans les 12 mois précédant la soumission de la demande.


L’assurance-emploi

Plusieurs prestations existent dans cette catégorie d’aide, telles que les prestations régulières, de maladie, pour les travailleurs autonomes et pour les proches aidants.

Tous les détails ainsi que les conditions d’admissibilité pour l’ensemble des aides fédérales se trouvent sur ce site (Nouvelle fenêtre).


Des aides financières aux entreprises

Le Nouveau-Brunswick a dévoilé la semaine dernière qu’il soutiendra les petites entreprises – de 2 à 99 employés – par l’entremise d’une subvention non remboursable d’un montant maximal de 10 000 $. Ce programme sera accessible aux employeurs jusqu’à la fin du mois de février.

Le gouvernement fédéral offre quant à lui plusieurs subventions afin de soutenir les entreprises qui subissent une baisse de revenus à cause des mesures sanitaires imposées. Ce soutien financier permet notamment de couvrir une portion du salaire des employés et d’aider à l’embauche.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !