•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les élus bloquent un projet immobilier d’envergure à Sherbrooke

Laure Letarte-Lavoie en séance du conseil municipal.

La conseillère municipale Laure Letarte-Lavoie a su rallier une majorité d'élus pour bloquer le projet immobilier.

Photo : Radio-Canada / Daniel Mailloux

Thomas Deshaies

La majorité des élus du conseil municipal ont refusé d’adopter un projet de règlement qui aurait ultimement permis la concrétisation d’un projet immobilier de 160 logements sur la rue King Est.

Le projet de développement du promoteur, Robin Fortier, situé sur la rue King Est, entre les rues du Verger et Laprise nécessitait une modification au règlement de zonage pour se réaliser.

Neuf conseillers municipaux sur 15 ont toutefois refusé de poursuivre le processus de modification réglementaire.

La conseillère municipale Laure Letarte-Lavoie a incité ses collègues à la dissidence en raison de l’opposition citoyenne.

Sur les 24 personnes (ayant participé à la consultation publique), 23 personnes se sont positionnées contre le projet en raison de la destruction d’un espace vert, d’un boisé de quartier et de la défiguration du paysage et de l’impact possible sur la circulation, a-t-elle déclaré.

« En appui aux citoyens qui se sont mobilisés, je vous invite à inscrire votre dissidence. »

— Une citation de  Laure Letarte-Lavoie, conseillère municipale du district de l’Hôtel-Dieu

Mme Letarte-Lavoie a reconnu qu’il s’agit d’un projet de densification urbaine. Elle déplore toutefois que le promoteur n’ait pas, selon elle, proposé de mesures d’atténuation aux impacts négatifs anticipés.

L’absence du promoteur décriée

De nombreux élus ont dénoncé l’absence du promoteur lors de la consultation publique dans l’arrondissement. Notre salle était pleine le soir de la consultation, les gens étaient contre, a souligné la conseillère Hélène Dauphinais. Ce qui est très dommage, c’est que le promoteur n’ait pas daigné venir à la séance de consultation.

« C’est décevant de voir quelqu’un qui investit autant d’argent dans un projet et qui ne se présente même pas à une consultation publique.  »

— Une citation de  Marc Denault, conseiller municipal.

Le conseiller Raïs Kibonge estime que cette décision pourrait attirer l’attention du promoteur pour qu’il s’engage un peu plus (dans le processus).

Certains élus dont la présidente du conseil, Danielle Berthold, aurait toutefois souhaité que les élus ne s’opposent pas pour l’instant.

Il aurait été préférable, selon elle, d’approuver le projet de règlement pour permettre à des citoyens de réclamer un référendum.

Je pense qu’en tant que démocratie, nous aurions dû laisser aller le projet jusqu’à l’ouverture du registre et voir comment la population se positionnait, la population silencieuse, donc toujours ceux qui sont en accord des projets et qui ont rarement la chance de se manifester, a souligné Mme Berthold.

Un point de vue notamment partagé par le conseiller municipal Claude Charron.

Le promoteur Robin Fortier n'a pas voulu commenter la décision du conseil municipal. Il assure toutefois qu'il rencontrera les fonctionnaires municipaux au cours des prochains jours afin de trouver une façon de modifier le projet.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !