•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Retour à la planche à dessin pour le propriétaire du café-bar Aux 4 jeudis

L'immeuble abritant le bar Aux 4 jeudis dans le Vieux-Hull près d'un chantier de construction.

Le bar Aux 4 jeudis a procédé à des travaux pour réparer son toit, mais le propriétaire a par le fait même enlever la corniche qui rendait l'immeuble emblématique aux yeux des résidents (archives).

Photo : Radio-Canada / Michel Aspirot

Radio-Canada

Le propriétaire du café-bar Aux 4 jeudis, dans le centre-ville de Gatineau, devra retourner à la planche à dessin, et soumettre une nouvelle proposition pour remplacer une corniche patrimoniale, retirée sans autorisation lors de travaux de rénovation.

L’immeuble qui abrite le café-bar Aux 4 jeudis est un bâtiment patrimonial, l’un des plus beaux du Vieux-Hull, selon plusieurs. Mais il a perdu son emblématique corniche de bois il y a plus d’un an.

Le propriétaire des lieux a procédé à des rénovations, sans avoir obtenu l’aval de la Ville de Gatineau.

Celui-ci a donc proposé au conseil municipal, mardi soir, des travaux pour que le bâtiment soit à nouveau orné d’une corniche similaire, mais en utilisant des matériaux et des couleurs contraires aux recommandations du comité local du patrimoine.

Sa proposition fut rejetée par le conseil municipal.

Résultat, le tenancier doit refaire ses devoirs et soumettre une nouvelle proposition.

La mairesse, France Bélisle, espère que le propriétaire sera à l’écoute de la volonté des élus.

Il y a des symboles qui existent sur notre territoire, qui doivent être protégés, qui doivent être préservés et qui doivent être aussi restaurés de la meilleure façon possible, a-t-elle mis de l’avant.

Cependant, trois élus, dont le nouveau président du comité d’urbanisme, Mario Aubé, ont voté pour la résolution.

Un tenancier de bar qui on le sait, on a beaucoup de difficultés depuis les dernières années, on souhaiterait leur demander de revenir avec quelque chose probablement de plus onéreux, de plus coûteux, a déploré l’élu de Masson-Angers.

Mario Aubé répond à des journalistes en conférence de presse.

Mario Aubé, conseiller municipal du District de Masson-Angers, à Gatineau (archives)

Photo : Radio-Canada / Nathalie Tremblay

Celui qui préside aussi le comité local du patrimoine a soutenu que le propriétaire a fait des efforts pour corriger son erreur. M. Aubé craint que le rejet de la proposition entraîne des coûts importants pour le propriétaire qui devra présenter de nouvelles propositions.

Avant qu’une entreprise mette la clé dans la porte, qu’on dise qu’on vient de perdre une de nos institutions comme le 4 jeudis dans le Vieux-Hull, je pense qu’il faut aller de l’avant et autoriser, après avoir reconnu son erreur, a pouvoir avoir cette corniche, a martelé M. Aubé.

Le conseiller Jocelyn Blondin était plutôt d’avis que la proposition du propriétaire aurait permis de redonner au bâtiment son cachet. Il estime que le propriétaire a une volonté de corriger son erreur, et que le dossier traîne depuis trop longtemps.

La rénovation sans permis de l’immeuble patrimonial de la rue Laval a semé l’émoi à l’été 2020. Le propriétaire avait alors reçu un avis d’infraction.

Le bâtiment d’architecture à l’italienne a été construit au début du 20e siècle, après le grand feu de Hull de 1900. Sur le pourtour de son toit trônait jusqu’au moment des rénovations une corniche de bois colorée jaune et verte.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !