•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Donald Aubin anticipe une baisse des hospitalisations liées à la COVID-19

L'extérieur de l'hôpital de Chicoutimi.

Il y a présentement 46 personnes hospitalisées en lien avec la COVID-19 à l'hôpital de Chicoutimi.

Photo : Radio-Canada / Lynda Paradis

Radio-Canada

La région serait sur le point de connaître le sommet des hospitalisations liées à la COVID-19, estime le directeur régional de la santé publique, Donald Aubin.

Selon les données publiées lundi par Québec, un sommet de 94 personnes séjournaient à l'hôpital au Saguenay-Lac-Saint-Jean avec une infection au coronavirus. Mardi, le bilan était passé à 92 patients.

Le 4 janvier, il y avait 34 hospitalisations, contre 58 le 9 janvier et 73 quatre jours plus tard.

Lors des vagues précédentes, le pic avait été atteint en décembre 2020 avec 73 hospitalisations.

Donald Aubin veut toutefois rester prudent. Il rappelle qu'il est plus difficile de suivre l'évolution de la pandémie au sein de la population depuis que la procédure de dépistage a été revue. Il affirme toutefois que le nombre de cas quotidiens serait à la baisse.

Mardi, le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay-Lac-Saint-Jean a rapporté que 119 cas ont été détectés en laboratoire en 24 heures et que 256 personnes ont déclaré avoir obtenu un test positif à la COVID-19 à la maison.

C’est le nombre de cas qui nous rassure. Dans la communauté, on sent qu’il y a un peu moins de pression. Alors, inévitablement ça va se répercuter sur les hospitalisations. Là, on voit avec le décalage de 10 à 15 jours, que le nombre de cas va probablement nous amener à une baisse au niveau des hospitalisations éventuellement. On va voir un plateau, ça va baisser tranquillement, prévoit-il.

Le Dr Aubin en entrevue.

Le Dr Donald Aubin est le directeur régional de la santé publique.

Photo : Radio-Canada

Rappelons que le dépistage en laboratoire est désormais réservé à des groupes prioritaires, ce qui a eu pour effet de réduire le nombre de cas détectés de cette façon. Pour ce qui est du nombre de cas autodéclarés, il oscille entre 150 et 250 par jour depuis qu’ils sont comptabilisés par le CIUSSS à la fin du mois de décembre.

Si le sommet des hospitalisations sera bientôt atteint, cela signifie que les équipes soignantes pourront respirer davantage au cours des prochaines semaines. Mais en attendant, la présidente du Syndicat des professionnelles en soins du Saguenay-Lac-Saint-Jean (FIQ), Julie Boivin, affirme que la pression est extrême sur les infirmières, infirmières auxiliaires, inhalothérapeutes et perfusionnistes dans les hôpitaux.

Une infirmière donne une entrevue dans un bureau.

La présidente du Syndicat des professionnelles en soins du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Julie Boivin

Photo : Radio-Canada

Les professionnels en soins trouvent ça de plus en plus dur parce qu’il y a vraiment de plus en plus d’utilisations de l’arrêté ministériel qui vient brimer leurs conditions de travail. Beaucoup de vacances ont été annulées dans les derniers jours. Les congés sont refusés d’emblée. Ça devient de plus en plus difficile, ils ne sont pas capables de respirer un petit peu pour reprendre de l’énergie pour pouvoir après ça affronter tout ça, a-t-elle commenté.

Le nombre d'employés du CIUSSS qui sont absents en raison de la COVID-19 est aussi à la baisse. Jeudi dernier, il manquait 497 personnes. Mardi, 406 employés sont atteints ou en isolement.

Avec des informations de Claude Bouchard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !