•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Nouveau-Brunswick signale près de 2000 nouveaux cas de COVID-19

Une recherche « urgente » de volontaires est en cours pour prêter main-forte dans les hôpitaux.

Concept d'environnement de travail stressant : une infirmière marche d'un pas pressé dans un corridor d'hôpital.

Le personnel soignant est de moins en moins nombreux pour traiter les personnes hospitalisées en raison de la COVID-19 (archives).

Photo : getty images/istockphoto / sudok1

Radio-Canada

La santé publique au Nouveau-Brunswick signale 1953 nouvelles infections de COVID-19 en 24 heures, mardi. Les hospitalisations sont stables depuis quelques jours, mais avec des centaines de travailleurs de la santé en isolement la pression se fait sentir plus que jamais dans les hôpitaux.

Trois décès supplémentaires ont également été signalés au cours des dernières 24 heures. Dix-huit personnes sont mortes des suites de la COVID-19 au cours des six derniers jours dans la province.

Portrait de la pandémie au N.-B. mardi :

  • 3 morts (tous dans la région de Bathurst/Péninsule acadienne);
  • 113 personnes hospitalisées, dont 15 aux soins intensifs (59 ont été admises pour d'autres raisons);
  • 1953 nouveaux cas (330 par tests PCR et 1623 par tests rapides);
  • 4568 cas actifs.

La semaine dernière, avant la mise en place d'un nouveau confinement, des experts estimaient que 5500 nouvelles infections pourraient être signalées quotidiennement à la fin janvier ou au début février.

La santé publique rappelle que les tests de dépistage rapide sont faits à la maison et que les citoyens sont responsables de déclarer eux-mêmes leur infection. Le nombre de résultats positifs peut donc « ne pas être exact ».

Secrétaire, cuisinier, livreur... Les hôpitaux ont besoin de bras

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick lance un appel urgent à toutes les personnes qui sont en mesure de prêter main-forte dans les hôpitaux. De l’offre de soins aux patients à la livraison de nourriture, le besoin de ressources humaines se fait sentir plus que jamais dans les établissements de santé de la province.

Comme nous l’avions prévu, le variant Omicron cause une hausse des hospitalisations ainsi qu’une augmentation des absences au sein du personnel, ce qui exerce des pressions sur toutes les composantes de notre système de santé, a déclaré la ministre de la Santé, Dorothy Shephard, dans un communiqué de presse.

Mardi, 347 travailleurs de la santé sont en isolement en raison de la COVID-19.

Elle demande à toutes les personnes qui peuvent aider au niveau du travail clinique et non clinique de répondre à l’appel.

Le gouvernement provincial a besoin de volontaires pour administrer des vaccins ou des tests de dépistage, et pour offrir des services aux patients.

La ministre de la Santé lance notamment l’appel aux gens qui sont à la retraite, à ceux qui sont formés, mais ne travaillent plus dans le domaine de la santé, et à ceux qui ont une formation, mais ne sont pas titulaires d’un permis de pratique.

Il a également besoin de personnes qui sont en mesure de faire de la gestion de bureau, du soutien administratif et logistique, de l’entrée de données, du service à la clientèle, ainsi que de la préparation et livraison de nourriture.

Certaines tâches seront rémunérées et d'autres seront faites de manière bénévole. Une formation propre aux tâches qui seront effectuées – y compris une formation en santé et sécurité – sera offerte, et l’équipement de protection individuelle requis sera fourni, précise le gouvernement provincial.

Les personnes qui désirent se porter volontaires peuvent signaler leur intérêt en remplissant un formulaire en ligne (Nouvelle fenêtre).

Notre dossier : La COVID-19 en Atlantique

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !