•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mars aurait abrité un océan stable il y a trois milliards d’années

Vallée glaciaire de Kasei, sur Mars, il y a trois milliards d’années (impression artistique).

Impression artistique de la vallée glaciaire de Kasei, sur Mars, il y a trois milliards d’années.

Photo : NASA/Laboratoire de Géosciences Paris-Paris-Saclay

Radio-Canada

La planète Mars abritait un océan stable il y a trois milliards d’années malgré des températures glaciales, montrent les travaux d’astronomes américains et français.

L’histoire du climat martien recèle encore de nombreuses inconnues, expliquent dans un communiqué les chercheurs de la NASA et du Laboratoire de géosciences Paris-Saclay.

Il existe des preuves géologiques solides pour affirmer que la planète voisine de la Terre a déjà possédé de l’eau liquide à sa surface, comme la présence d'anciens rivages. En revanche, la présence d’un océan et sa temporalité restaient encore un mystère.

Les scientifiques s'interrogent toujours sur les conditions qui auraient pu rendre possible la présence de telles étendues d’eau lorsqu’ils observent les caractéristiques de la planète aujourd'hui.

La collaboration franco-américaine publie dans la revue PNAS (Nouvelle fenêtre) (en anglais) des travaux qui accréditent l’hypothèse d’un climat froid et humide il y a environ trois milliards d’années sur Mars.

Aucune modélisation climatique n’avait jusqu’à présent permis de corroborer l’existence de grandes étendues d’eau même en remontant jusqu’à 3,5 ou 4 milliards d’années dans le passé. Les modèles semblaient indiquer que toute l’eau s’accumulait sur les montagnes sous forme de neige, explique le communiqué, qui fait état de nouvelles simulations contredisant cette théorie.

Ces simulations intègrent deux éléments qui se sont révélés essentiels : la circulation océanique et l’évolution des glaciers.

En ajoutant ces deux processus, l'étude révèle que la présence dans l’hémisphère nord de Mars d’un océan circumpolaire peut être envisagée il y a trois milliards d’années, même pour des températures moyennes inférieures au point de congélation, en raison de la circulation océanique qui a pu réchauffer localement la surface jusqu’à 4,5 °C.

Les simulations prédisent la présence de glaciers qui ramènent la glace des hauts plateaux vers l’océan, en accord avec les interprétations géologiques des images, expliquent Frédéric Schmidt et ses collègues.

Ainsi, selon eux, le climat était vraisemblablement froid sur les continents équatoriaux, mais l’océan circumpolaire a pu rester liquide, ce qu'appuient un certain nombre d’indices géologiques comme les paléorivages ou les dépôts de mégatsunamis indiquant indirectement la présence d’un océan.

Ce scénario laisse à penser que Mars aurait également pu être propice au développement de la vie microbienne à cette période, qui correspond au moment où elle s’est développée sur la Terre pour conquérir un grand nombre d’écosystèmes.

Si nous pouvions voyager dans le temps jusqu'à il y a trois milliards d'années, nous pourrions vivre sur cette ancienne Mars avec juste une combinaison spatiale pour l'oxygène, explique Schmidt. La pression, les nuages, l'eau liquide, l'océan, la pluie, la neige et les glaciers : tous ces éléments étaient très similaires à ce qu'on trouve sur la Terre d'aujourd'hui. Seul l'oxygène manquait, ajoute-t-il.

Ces résultats ont été obtenus à partir de modélisations et d’observations provenant d'autres études, mais la certitude de la présence passée d'un océan ne peut venir que de preuves géologiques.

Ces preuves pourraient bien être fournies par la sonde chinoise Zhurong, qui s’est posée en mai dernier dans une zone de Mars qui aurait été recouverte d’eau.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !