•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : Ottawa envoie des renforts au Nunavut

Le premier ministre du Nunavut, P.J. Akeeagok, parle à l'Assemblée législative.

Le premier ministre du Nunavut, P.J. Akeeagok, affirme que trois infirmières envoyées par Ottawa arriveront bientôt au Nunavut.

Photo : Steve Silva / CBC

Radio-Canada

Mardi, en conférence de presse, le premier ministre P.J. Akeeagok a annoncé qu’Ottawa allait envoyer des infirmières en renfort au Nunavut et qu'un nouveau décès avait été déclaré au territoire, le premier attribuable à la COVID-19 depuis 10 mois.

La fin de semaine dernière, le gouvernement fédéral a répondu à l’appel du Nunavut qui lui avait fait part de son besoin en ressources humaines pour faire face à la vague d’Omicron.

Il nous envoie trois infirmières qui ont eu une expérience de travail précédente au Nunavut, a déclaré P.J. Akeeagok.

Neuf employés de Statistique Canada chargés de retracer les contacts viennent aussi grossir les rangs du système de santé.

Le ministre de la Santé, John Main, a tenu à préciser que ces neuf fonctionnaires allaient travailler depuis l’extérieur du territoire : Leur aide est très appréciée, mais il n’est pas nécessaire qu’ils soient physiquement présents au Nunavut.

Quant aux infirmières, il avoue ne pas savoir où elles seront envoyées et que les discussions avec Ottawa à ce sujet étaient toujours en cours.

« Il y a un grand besoin d'infirmières supplémentaires dans de nombreuses communautés du Nunavut et elles seront donc déployées pour combler certaines des lacunes existantes. »

— Une citation de  John Main, ministre de la Santé du Nunavut

Actuellement, 10 centres de santé communautaires fonctionnent selon le mode urgences seulement.

John Main et P.J. Akeeagok se disent satisfaits de la réponse d'Ottawa face aux requêtes du territoire. Le premier ministre ajoute qu'il a hâte de parler au ministre de la Sécurité publique, Bill Blair, pour le remercier, mais aussi pour mettre en lumière les besoins dans d’autres domaines.

Un cinquième décès

Lors de la conférence de presse, P.J. Akeeagok s’est aussi dit très triste d’annoncer le décès d’un Nunavummiut, soit le premier au territoire depuis mars 2021.

Mes pensées sont avec la famille et la communauté.

Depuis le début de la pandémie, cinq habitants du Nunavut ont perdu la vie.

Michael Patterson, le médecin hygiéniste en chef du territoire, a fait savoir qu’aucun détail ne pouvait être communiqué sur ce décès, puisqu’il remontait à moins de 24 heures. Des informations supplémentaires seront données jeudi, lors de la prochaine conférence du gouvernement.

Le médecin a souligné que le Nunavut allait recevoir une première livraison limitée de la pilule antivirale de Pfizer, approuvée lundi par Santé Canada.

Elle est utilisée après que les gens ont eu la COVID-19, dit le Dr Patterson. Elle réduit les risques de développer des complications graves, mais elle ne se substitue, en aucun cas, à la vaccination et aux mesures de santé publique.

Le gouvernement a également annoncé un financement de 375 000 $ pour les radios communautaires qui aident à transmettre l’information essentielle pour la santé publique.

En date du 18 janvier, le gouvernement affirme qu’il y a 177 cas positifs de COVID-19 au Nunavut et que 17 communautés sont touchées.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !