•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Marcel Bolduc soulagé que le meurtrier de sa fille renonce à sa demande de libération

Un homme tient les barreaux d'une cellule de prison.

Plusieurs facteurs sont considérés avant d'accorder une libération conditionnelle à un délinquant.

Photo : Shutterstock

Marcel Bolduc accueille avec soulagement le fait que le meurtrier de sa fille Isabelle, Marcel Blanchette, ait renoncé récemment à sa demande de libération pour avoir droit à des sorties sous escorte.

Marcel Blanchette purge une peine de prison à vie pour le meurtre d’Isabelle Bolduc, survenu en 1996 à Sherbrooke.

Marcel Bolduc s'attendait tout de même à ce que le meurtrier de sa fille renonce à sa demande. La famille Bolduc avait acheminé des déclarations à la Commission des libérations conditionnelles, dans lesquelles elle invoque le lourd passé criminel de Marcel Blanchette.

Dans sa déclaration, Marcel Bolduc a aussi rappelé qu'en 1996 il en était à sa septième libération conditionnelle lors du meurtre d'Isabelle Bolduc. Bien que l'homme de 75 ans ait un état de santé précaire, Marcel Bolduc croit qu'il représente toujours un risque pour la société.

Différentes formes de libération

Différents types de remises en liberté peuvent être donnés par la Commission des libérations conditionnelles du Canada.

Il y a d'abord des permissions de sortir avec ou sans escorte, ce qui représente le premier type de libération qu'un délinquant peut recevoir.

Elles peuvent être accordées pour des raisons médicales, pour permettre de participer à des projets de service communautaire ou encore pour entretenir des rapports familiaux.

La semi-liberté permet ensuite à un délinquant de participer à des activités dans la collectivité. Il doit cependant rentrer chaque soir dans une maison de transition.

Finalement, la libération conditionnelle totale permet aux délinquants de purger une partie de leur peine sous surveillance dans la collectivité, pourvu qu'ils respectent certaines conditions.

Me Alain Deschamps, avocat et vulgarisateur juridique pour Éducaloi, explique que plusieurs critères sont considérés avant de permettre la libération d'un délinquant.

« La Commission s’attarde principalement à la protection du public en se demandant si le délinquant peut représenter un danger lors de sa libération. Les commissaires vont aussi analyser son comportement en prison et entendre les victimes. »

— Une citation de  Alain Deschamps, avocat et vulgarisateur juridique, Éducaloi

L'avocat précise que les personnes emprisonnées à vie devront toujours respecter des conditions, même si on leur accorde une libération conditionnelle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !