•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des opérateurs retardent le lancement de la 5G pour éviter le « chaos » aéroportuaire

Un avion de ligne se prépare à se poser, avec les trains d'atterrissage déployés.

Les avionneurs s'inquiètent de possibles interférences de la 5G avec des appareils de bord.

Photo : Reuters / Pierre Albouy

Agence France-Presse

Les opérateurs de téléphonie mobile AT&T et Verizon vont finalement retarder temporairement le déploiement de la 5G autour de « certains aéroports » aux États-Unis afin d'éviter le potentiel « chaos » craint par les acteurs du transport aérien, un geste salué par le président américain.

AT&T et Verizon doivent activer cette nouvelle technologie d'Internet mobile ultrarapide dans l'ensemble du pays mercredi.

Mais l'autorité américaine de l'aviation, la FAA, s'inquiète de possibles interférences entre les fréquences utilisées par la 5G et des instruments de bord essentiels à l'atterrissage des avions dans certaines conditions, et a exigé des ajustements.

La FAA a pour l'instant validé l'utilisation de certains modèles radioaltimètres et donné son aval pour 48 des 88 aéroports américains les plus directement concernés par les risques d'interférences, et a encore imposé des restrictions dans certains cas.

Une équipe de Verizon travaille sur une tour cellulaire pour la mettre à jour et l'adapter au nouveau réseau 5G.

Le nouveau système 5G augmentera considérablement la vitesse des réseaux cellulaires, ouvrant ainsi de nouveaux marchés aux entreprises et aux particuliers.

Photo : AFP / George Frey

Les patrons de dix sociétés de transport aérien avaient appelé lundi les autorités à intervenir immédiatement afin d'empêcher une importante perturbation opérationnelle pour les passagers, les transporteurs, les chaînes d'approvisionnement et la livraison de fournitures médicales essentielles.

Dans ce contexte, AT&T et Verizon, qui ont déjà repoussé à plusieurs reprises le déploiement de la 5G depuis décembre, ont accepté de différer temporairement l'activation de tours de téléphonie mobile autour de certaines pistes d'aéroports, tout en maintenant le lancement de la 5G dans le reste du pays.

AT&T a par exemple décidé de ne pas activer les tours installées dans un périmètre de 2 milles (3,2 km) autour des aéroports spécifiés par la FAA.

Des retards qui passent mal

Joe Biden a remercié dans un communiqué les deux opérateurs pour cette décision, qui évite selon lui de perturber le trafic aérien tout en permettant l'activation de l'immense majorité des tours de téléphonie mobile pour la 5G, élément essentiel à la compétitivité du pays.

Les experts de la Maison-Blanche vont continuer à travailler sans relâche avec les opérateurs téléphoniques, les compagnies aériennes et les avionneurs afin de parvenir à une solution permanente et fonctionnelle autour de ces aéroports clés, a-t-il assuré.

Les deux opérateurs regrettent toutefois que les autorités aient mis autant de temps à réagir à ce déploiement de la 5G, prévu depuis au moins deux ans.

La FAA et les compagnies aériennes du pays n'ont pas été capables de résoudre la problématique de la 5G autour des aéroports alors même qu'elle a été déployée de façon sûre et efficace dans plus de 40 autres pays, a souligné un porte-parole de Verizon dans un message transmis à l'AFP.

Nous sommes frustrés par l'incapacité de la FAA à faire ce que près de 40 pays ont fait, à savoir déployer en toute sécurité la technologie 5G sans perturber les services aériens, a renchéri AT&T dans un message séparé.

Des interférences potentielles avec certains instruments de mesure

La question des conséquences du déploiement de la 5G aux États-Unis a commencé à prendre de l'ampleur en novembre, après la publication par la FAA d'un bulletin spécial demandant aux entreprises concernées de transmettre des informations spécifiques sur les radioaltimètres.

Ce radar, qui mesure la distance séparant l'avion du sol, est essentiel aux instruments de nuit, notamment pour atterrir ou en cas de mauvaise visibilité.

Certaines fréquences attribuées pour plusieurs dizaines de milliards de dollars au début de 2021 à AT&T et Verizon pour le déploiement de leur 5G, qui vont de 3,7 à 3,98 gigahertz (GHz), sont en effet proches de celles utilisées par les radioaltimètres, qui fonctionnent dans le spectre des 4,2 à 4,4 GHz.

S'il n'y a pas de risque d'interférence directe entre les fréquences, la puissance d'émission des antennes 5G ou une partie des émissions dirigée vers le haut pourrait poser problème à certains altimètres.

Les avionneurs Airbus et Boeing avaient eux aussi alerté les autorités américaines en décembre sur ces interférences potentielles, les États-Unis ayant par exemple choisi des fréquences plus proches de celles des radioaltimètres qu'en Europe ou en Corée du Sud.

Dix compagnies aériennes et transporteurs comme UPS et FedEx avaient souligné dans leur lettre adressée lundi au gouvernement américain et consultée par l'AFP que, sur une journée comme dimanche, plus de 1100 vols et 100 000 passagers seraient sujets à des annulations, détours ou retards en raison du déploiement de la 5G.

Une mise en garde des autorités canadiennes

Dans un avis diffusé le 23 décembre dernier, Transports Canada a mis en garde les pilotes canadiens contre les effets potentiels du déploiement de la technologie 5G en Europe, en Asie et aux États-Unis.

On y fait référence à un rapport de la Radio Technical Commission for Aeronautics des États-Unis.

Ce rapport permet de conclure que la 5G est susceptible d’interrompre le fonctionnement de certains modèles de radioaltimètre dans nombre de scénarios opérationnels, tout particulièrement à basse altitude (moins de 1000 pieds) dans la bande de fréquences 3700-3980 MHz, précise Transports Canada.

La non-détection d’une erreur d’altitude est l’effet le plus indésirable d’une telle interférence, selon Transports Canada, qui énumère une série de situations de vol (Nouvelle fenêtre) où des précautions seraient nécessaires.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !