•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Europol démantèle le réseau VPNLab.net, exploité par des pirates

Des mains sur un clavier dans la pénombre.

Une centaine d'entreprises étaient exposées à des cyberattaques, selon Europol.

Photo : Radio-Canada / Trevor Brine

Agence France-Presse

Un réseau privé virtuel (RPV, ou VPN, en anglais) mondial utilisé par des pirates pour commettre des attaques par rançongiciels a été démantelé, selon ce qu’a annoncé mardi Europol, l'agence de police de l'Union européenne.

Lundi, une équipe d’enquête en Europe et en Amérique du Nord a saisi ou interrompu au moins 15 serveurs hébergeant des utilisateurs et utilisatrices ainsi que le site VPNLab.net, qui offrait aux groupes de pirates des communications et un accès Internet protégés, selon ce qu’a indiqué Europol, basée à La Haye.

« Le fournisseur RPV [...] était utilisé pour soutenir des actes criminels graves tels que le déploiement de rançongiciels et autres activités cybercriminelles. »

— Une citation de  Un porte-parole d'Europol

La plateforme créée en 2008 était un choix prisé pour les pirates, prêts à payer un abonnement de 60 $ US (75 $ CA) pour utiliser ses services afin de commettre leurs crimes sans craindre d'être détectés par les autorités, a ajouté l'agence de police européenne.

Capture d'écran d'une page web indiquant que le domaine a été saisi par les autorités.

Sur le site VPNlab.net, un message daté du 17janvier2022 indique que le domaine a été saisi par les autorités.

Photo : VPNlab.net

De multiples enquêtes ont montré que les pirates exploitaient la plateforme pour la diffusion de maliciels, conçus pour infiltrer ou perturber des systèmes informatiques.

D'autres cas ont montré l'utilisation du service dans la mise en place d'infrastructures et de communications derrière des campagnes de rançongiciels ainsi que dans leur déploiement réel, a déclaré Europol.

Des entreprises ciblées

À la suite de l'enquête, plus de 100 entreprises ont été identifiées comme étant exposées à des cyberattaques.

Les forces de l'ordre travaillent avec les victimes potentielles pour atténuer leur exposition, selon ce qu’a indiqué Europol.

L’équipe responsable de l’enquête a été dirigée par la police allemande à Hanovre. Plusieurs pays ont participé à l’opération, dont la France, la Grande-Bretagne, le Canada, les Pays-Bas, l'Ukraine et les États-Unis.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !