•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La météo a causé plus de 2 G$ de dégâts en biens assurés au Canada en 2021

Deux bâtiments d'une ferme sont  entourés d'eau à Abbotsford avec des montagnes en arrière-plan.

Une ferme inondée dans la prairie de Sumas, à Abbotsford, lors des inondations de l'automne 2021 en Colombie-Britannique.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

La Presse canadienne

Les dommages aux biens assurés attribuables aux phénomènes météorologiques violents ont atteint 2,1 milliards de dollars au Canada l’an dernier, selon des données de Catastrophe Indices and Quantification dévoilées mardi par le Bureau d'assurance du Canada (BAC).

Les montants des dommages les plus élevés de 2021 ont été, dans l'ordre, les inondations du 13 novembre en Colombie-Britannique (515 millions $), la tempête de grêle du 2 juillet à Calgary (500 millions $), la tempête de vent du 11 décembre dans l'est du pays (152 millions $), la tempête du 12 janvier dans l'ouest du Canada (134 millions $) et les tempêtes du 22 juillet dans les Prairies (120 millions $).

Une route emportée par les eaux.

Ce pont de la Colombie-Britannique a été emporté par les inondations de l'automne dernier.

Photo : Ministère des Transports et de l'Infrastructure de la C.-B.

Parmi les dix années les plus coûteuses pour régler les dommages aux biens assurés attribuables aux phénomènes météorologiques violents, 2021 se classe au sixième rang, la pire ayant été 2016 avec des pertes totales de quelque 5,4 milliards de dollars qui comprenaient celles causées par les feux de forêt dévastateurs du nord de l'Alberta.

Au cours de la période de 1983 à 2008, les assureurs canadiens n'avaient enregistré en moyenne que 422 millions de dollars par année de coûts relatifs à des sinistres liés à des phénomènes météorologiques violents.

Craig Stewart, vice-président au Bureau d'assurance du Canada, invite les autorités canadiennes à faire de la résilience au climat une priorité.

Des images de l'incendie de Hedges Butte, à 12 kilomètres au sud-ouest de Penticton.

Un incendie de forêt près de Penticton, en Colombie-Britannique

Photo : BC Wildfire Service

Il propose que le budget fédéral de 2022 alloue des fonds importants au déploiement d'une stratégie afin de protéger les Canadiens contre les inondations, les feux incontrôlés, les canicules, les tempêtes de vent et de grêle dont la fréquence et la gravité augmentent.

M. Stewart reconnaît que l'ambition d'atteindre la carboneutralité d'ici 2050 est une étape fondamentale pour limiter les risques liés aux changements climatiques, mais il signale qu'il faut financer et adopter des mesures immédiates pour protéger les Canadiens contre l'aggravation des phénomènes météorologiques violents.

Des vagues énormes s'écrasent sur le quai de Bell Island, à Terre-Neuve.

Les marées de tempête sont redoutables sur la côte atlantique.

Photo : Cindy Fox

À son avis, le plan climatique national du Canada restera incomplet tant que de telles mesures n'auront pas été définies et mises en œuvre.

Selon la compagnie de réassurance Munich, en 2021, les coûts liés aux sinistres imputables à des catastrophes naturelles se sont élevés à 355 milliards de dollars à l'échelle mondiale.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !