•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La vaccination des 5 à 11 ans semble perdre son élan au Nouveau-Brunswick

Isabella Martin, 8 ans, tient la main de sa mère pendant qu'elle se fait vacciner contre la COVID-19.

Au Nouveau-Brunswick, un peu plus de 50 % des enfants de 5 à 11 ans ont reçu leur première dose du vaccin contre la COVID-19, en date du 17 janvier 2021 (archives).

Photo : La Presse canadienne / Cole Burston

Radio-Canada

Alors que le gouvernement souhaite la réouverture des écoles le 31 janvier, le rythme de la vaccination contre la COVID-19 des 5 à 11 ans semble ralentir au Nouveau-Brunswick.

Des pharmaciens constatent que les prises de rendez-vous pour la première dose se font de moins en moins nombreuses. Selon Jake Reid, directeur exécutif de l’Association des pharmaciens de la province, il n’y a que quelques centaines de rendez-vous par jour, à travers les 130 pharmacies participantes.

Les autorités de santé publique étaient tout de même confiantes que le seuil de 50 % pour la première dose serait atteint avant Noël, avance Reid.

Mais, étant donné que ce seuil vient tout juste d’être dépassé, il y a à peine quelques jours, quelque chose me dit que les choses vont plus lentement que ce qui était anticipé, pense le pharmacien.

À titre de comparaison, en Nouvelle-Écosse, 63 % des enfants de 5 à 11 ans ont reçu leur première dose. Ce pourcentage grimpe à 72 % à Terre-Neuve-et-Labrador selon la dernière mise à jour, vendredi.

Puisque le Nouveau-Brunswick permet la prise de rendez-vous pour la vaccination de cette tranche d’âge depuis le 23 novembre, et qu’un intervalle de huit semaines entre les deux doses est requis, presque aucun de ces enfants n’est doublement vacciné à ce jour.

À un rythme de 300 à 650 premières doses administrées quotidiennement, il faudrait attendre en mars pour que les 50 000 enfants âgés entre 5 et 11 ans soient partiellement vaccinés.

Loin d’être un problème d’approvisionnement

Le pharmacien Jake Reid est sans équivoque.

« L’inventaire ne pose aucun problème pour le moment. Pour les pharmacies qui offrent le vaccin pédiatrique, elles peuvent s’approvisionner autant que nécessaire. »

— Une citation de  Jake Reid, directeur exécutif de l'Association des pharmaciens du Nouveau-Brunswick

D’après lui, il s’agit avant tout d’une lacune au niveau des demandes. Bien que les enfants soient moins susceptibles de tomber gravement malades de la COVID-19, des cas graves peuvent survenir, rappelle-t-il. De plus, un enfant asymptomatique peut transmettre le virus à une population plus vulnérable.

En novembre, quelques écoles, en partenariat avec des pharmacies, avaient organisé des cliniques de vaccination après les cours. Une initiative à succès, a constaté Jake Reid, qui ne pourra pas se reproduire tant et aussi longtemps que les établissements scolaires sont fermés.

Les enfants de cette tranche d'âge peuvent également obtenir leur dose de vaccin en prenant rendez-vous dans certaines cliniques mises sur pied par les réseaux de santé Vitalité et Horizon.

Contactée par CBC, la santé publique du Nouveau-Brunswick n'a pas donné suite à la demande de renseignements lundi.

Avec les informations de Jacques Poitras, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !