•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des critères sans lignes directrices pour le passage à l’école en ligne en Alberta

De jeunes élèves qui jouent dans une cour d'école en hiver.

Les élèves de l'Alberta sont de retour en classe depuis le 10 janvier.

Photo : CBC / Evan Mitsui

En Alberta, les circonstances qui imposent un retour des élèves à l'apprentissage à domicile en raison de la COVID-19 varient selon les conseils scolaires. Plusieurs conseils affirment suivre la situation de près, mais n'ont pas de critères clairement établis.

Dans un courriel, le Conseil scolaire catholique de Calgary affirme que si 25 % des élèves d’un groupe sont absents pour des raisons médicales, la classe au complet retournera à l’apprentissage en ligne pendant 10 jours.

Selon le courriel qui date de vendredi, deux écoles sont retournées aux cours à distance. Par ailleurs, 106 écoles sur 117 ont rapporté un taux d’absentéisme de 10 %. Le courriel mentionne également que 125 employés sont en congé de maladie en raison de la COVID-19.

Toutefois, pour les autres conseils scolaires de la province, les critères quant au retour aux cours en ligne ne sont pas aussi précis.

Dans les conseils scolaires francophones

Au Conseil scolaire FrancoSud, les élèves d’une classe passeront aux cours en ligne lorsque cinq cas de COVID-19 sont identifiés sur trois jours dans une même classe.

Pour l'instant, le conseil indique que la situation est maîtrisée, mais qu'il réévaluera les choses si des défis de manque de personnel surviennent.

Le Conseil scolaire du Nord-Ouest, de son côté, affirme dans un courriel qu'il n’a pas de critères précis pour passer à l'apprentissage à domicile.

Les absences des élèves et des membres du personnel sont surveillées de très près et, au besoin, des mesures adaptées aux circonstances seront mises en place pour assurer la sécurité et la continuité de l'apprentissage des élèves, peut-on y lire.

Pour sa part, le Conseil scolaire Centre-Nord indique, lui aussi dans un courriel, surveiller la situation de près dans chacune de ses écoles. Toutefois, aucun critère pour le passage à l'apprentissage à domicile n’est précisé.

Actuellement, aucune classe des conseils scolaires francophones de l’Alberta n’est passée aux cours en ligne depuis le retour en classe, le 10 janvier.

Du cas par cas

Quant à lui, le Conseil scolaire public d’Edmonton indique, dans un courriel, baser ses décisions au cas par cas, en tenant compte des absences ainsi que des besoins opérationnels.

Le courriel précise que depuis lundi, quatre classes parmi ses établissements sont passées l'apprentissage en ligne.

De son côté, le Conseil scolaire catholique d’Edmonton indique qu’en date de lundi, deux classes sont passées aux cours à distance.

Notre division tient compte à la fois des taux élevés d'absence des élèves et du manque de personnel lorsqu'elle décide de procéder à des changements temporaires, peut-on lire dans le courriel.

La décision de fermer un établissement scolaire au complet revient au gouvernement, indique Greg Smith, porte-parole pour le ministère de l'Éducation, dans un courriel. Elle sera prise en collaboration avec l’administration des écoles.

Les décisions seront prises notamment en fonction du taux d'absence des élèves et de la capacité d'une école ou d'une administration scolaire à avoir du personnel disponible pour donner les cours en présentiel, précise-t-il.

La chef adjointe du Nouveau Parti démocratique de l’Alberta, Sarah Hoffman, estime que le plan du gouvernement conservateur uni est un plan qui est voué à la fermeture des écoles.

Le NPD demande que le gouvernement fournisse des masques N95 pour les élèves et le personnel, l’installation de filtres à air, des rapports publics précis sur les absences dans les écoles ainsi que du financement pour engager des remplaçants à temps plein, pour du soutien en santé mentale dans les écoles et pour aider les familles financièrement.

Par ailleurs, le porte-parole du ministère affirme qu’en raison du haut nombre de cas de COVID-19, la province concentre ses ressources sur le traçage des cas dans les milieux hautement prioritaires. De ce fait, la province ne disposera plus des informations nécessaires pour mettre à jour la page sur les éclosions dans les écoles.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !