•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une cinquantaine d’aides-enseignants et d’étudiants à la rescousse dans les foyers

Plan rapproché de la main d'une femme âgée qui saisit un verre rempli de liquide vert.

Une travailleuse de la santé tend un verre de jus à une femme âgée dans une maison de retraite (archives).

Photo : Reuters / Éric Gaillard

Radio-Canada

Au moins une cinquantaine de personnes acceptent de venir prêter main-forte dans les foyers de soins de l’Île-du-Prince-Édouard. Des enseignants suppléants, des aides-enseignants et des étudiants en soins infirmiers ont répondu à l’appel du gouvernement insulaire.

Les foyers de soins de l'Île-du-Prince-Édouard connaissent une importante pénurie de personnel et la vague actuelle de COVID-19 compliquent la tâche des travailleurs de la santé.

De nombreux établissements ont connu des éclosions de COVID-19 au cours des dernières semaines et le personnel doit parfois s’absenter pour de courtes ou de longues périodes.

À la recherche de solutions, la province a invité des personnes sans formation dans le domaine à venir prêter main-forte. Aucune formation préalable n’est exigée.

Cette idée a surpris la présidente du Syndicat de la fonction publique de l’Île-du-Prince-Édouard, Karen Jackson, qui a été étonnée qu’on demande à des travailleurs sans formation de venir donner des soins à des patients dans des établissements de soins de longues durées.

Les responsables précisent toutefois que les volontaires travailleront à titre de préposés aux soins uniquement avec des résidents qui ne sont pas atteints de la COVID-19.

Le manque de personnel qualifié est aussi un immense défi pour le foyer de soins Le Chez Nous, à Wellington.

Même si aucun cas de COVID-19 n'a été détecté chez le personnel et les résidents de cet établissement depuis le début de la pandémie, cette aide est accueillie avec enthousiasme.

Il n'y a pas de doutes là-dedans que si une bonne journée, on est à court de personnel ou on a vraiment besoin d'aide, il va falloir demander des ressources d'ailleurs , dit Gilles Painchaud, président de Le Chez Nous.

Avec des informations de Julien Lecacheur

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !