•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Antony Auclair aimerait s’entendre à long terme avec les Texans

Auclair capte le ballon dans la zone des buts entre deux joueurs des Patriots de la Nouvelle-Angleterre.

À sa 5e saison dans la NFL, Antony Auclair a capté sa première passe de touché, le 10 octobre dernier. (archives)

Photo : Getty Images / Carmen Mandato

S’il a dû refaire sa place dans la NFL cette saison, avec les Texans, Antony Auclair a tout même apprécié son passage à Houston. À 28 ans, le footballeur beauceron estime être au sommet de son art et il aimerait bien s’établir à long terme dans la métropole texane.

La cinquième saison d’Auclair dans le circuit Goodell, sa première avec les Texans après quatre ans à Tampa Bay, a été marquée de haut et de bas, a lui-même pointé l’ex-Rouge et Or, lundi matin, au moment de dresser le bilan des derniers mois.

Ça a commencé avec la décision des Texans de me couper après le camp d’entraînement pour me mettre sur l’équipe de pratique. Ça a été un peu une claque dans la face parce que j’avais eu un excellent camp.

Le Québécois a toutefois vite refait sa place dans l’alignement régulier de l’équipe. Surtout utilisé comme bloqueur, sa spécialité depuis son arrivée dans la NFL, l’ailier rapproché à également vu quelques passes lancées dans sa direction, cet automne. Dont une bonne pour un touché, son premier en carrière chez les pros.

Il lance le ballon au sol dans la zone des buts.

Antony Auclair célèbre après avoir capté son premier touché en carrière professionnelle.

Photo : Getty Images / Bob Levey

À ma 5e saison, je me disais qu’il était temps. J’ai pu garder le ballon et c’est un beau souvenir. C’est une passe lancée par Davis Mills, qui va probablement être très bon plus tard. Donc peut-être que ce ballon-là va valoir cher , a lancé l’athlète de Notre-Dame-des-Pins, sourire en coin.

La stabilité avant tout

C’est que le quart recrue Davis Mills, un choix de 3e ronde au dernier repêchage en qui peu de gens avaient beaucoup d’attentes, a impressionné ses coéquipiers, cette saison, à Houston. Raison de plus pour Antony Auclair d’envisager d’un bon oeil la période de reconstruction qui va se poursuivre la saison prochaine chez les Texans. Il aimerait en faire partie.

J’ai vraiment aimé ma saison à Houston. J’ai parlé avec le directeur général après la saison et on va essayer de régler ça en février ou mars. Mais évidemment, il n’y a rien de garanti, a expliqué Antony Auclair.

Surtout que les Texans viennent de congédier leur entraîneur-chef, David Culley. Un nouveau régime peut parfois signifier des changements importants et le footballeur beauceron admet qu’il recherche une certaine stabilité, lui dont les trois derniers contrats étaient pour une durée d’un an.

Je suis à un point dans ma carrière où la chose à faire est d’essayer de s’installer quelque part. Un contrat d’un an, à la base, tu signes ça pour augmenter ta valeur et je pense que cette année c’est mission accomplie.

Antony Auclair court avec le ballon dans la main droite.

Signé comme joueur autonome non repêché par les Buccaneers, en 2016, Auclair avait passé ses quatre premières saisons dans la NFL à Tampa Bay.

Photo : Getty Images / Otto Greule Jr

L’exemple de Brady et Gronkowski

Surtout qu’Auclair a réussi à demeurer en santé durant toute la saison, cette année. À l’inverse de la saison précédente où les blessures lui avaient éventuellement fait perdre son poste régulier dans l’alignement des Buccaneers.

La saison 2020-2021, qui s’était terminée sous les confettis au Super Bowl, a toutefois permis au Québécois de côtoyer deux futurs membres du Temple de la Renommée, Tom Brady et Rob Gronkowski. Antony Auclair a alors constaté le temps et les ressources investis par les deux joueurs sur leur corps et leur santé. Une recette qu’il a tenté de reproduire durant l’entre-saison.

L’an passé, en raison des blessures, je n’étais pas au sommet de ma forme. J’ai voulu régler ça pendant la saison morte, à Québec, et je me suis entouré de professionnels. J’ai fait attention à ma nutrition. J’ai tout changé, tout amélioré. Je pense que mon plus gros exploit cette année est d’avoir joué tous les matchs, sauf un en raison de la COVID.

Avec les informations de Jean-Philippe Martin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !