•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Enseignant poignardé à Montréal : l’accusé restera en détention pendant le procès

Des parents sont accueillis par des policiers pour récupérer leurs enfants.

L'incident avait créé un branle-bas de combat à l'école John F. Kennedy, en décembre.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Le jeune de 16 ans accusé d'avoir infligé de graves blessures à son professeur d'arts plastiques avec un couteau un peu avant les Fêtes, à l'école secondaire anglophone John F. Kennedy, restera derrière les barreaux jusqu'à ce que le juge ait prononcé son verdict.

Les faits se sont produits le 9 décembre dernier dans l'établissement du quartier Saint-Michel. L'enseignant, Maxime Canuel, avait reçu deux coups de couteau au thorax. Il avait toutefois survécu à l'attaque, survenue en plein cours.

L'affaire avait créé une véritable onde de choc, les élèves ayant été confinés à l'intérieur de l'école à la suite de l'événement.

L'adolescent avait été arrêté non loin de l'école, moins d'une heure après l'attaque. Il fait maintenant face à quatre chefs d'accusation, soit tentative de meurtre, voies de fait grave, possession d'arme dissimulée et possession d'arme dans le but de commettre une infraction.

Un risque trop élevé pour la société

Sa mère a témoigné devant la juge, de même que des policiers, lundi, devant la Chambre de la jeunesse de la Cour du Québec.

Ayant jugé que la preuve était accablante et que l'adolescent représenterait un risque trop élevé pour la société, la juge Annie Savard a décidé que le jeune resterait incarcéré pendant tout le procès.

L'élève, dont l’identité est protégée par la Cour en raison de son âge, a écouté, impassible, la décision de la magistrate.

La juge a expliqué les raisons pour lesquelles elle a rendu sa décision, [...] et puis j'ai expliqué à la famille les raisons en droits et les motifs invoqués, et la famille comprend, accepte la décision, a déclaré à sa sortie du tribunal l'avocat de la défense, Me Tiago Murias. Maintenant, ils sont déçus, c'est normal.

Me Murias en mêlée de presse.

L'avocat de la défense, Me Tiago Murias.

Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Hughes

La date de l'enquête préliminaire sera fixée le 1er février à 13 h.

Le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) a déjà fait savoir qu'il pourrait réclamer une peine pour adulte si le jeune est reconnu coupable.

L'école John F. Kennedy est une école publique qui relève de la Commission scolaire English-Montréal.

L'accusé était connu pour des problèmes disciplinaires, mais pas en matière de violence.

Avec les informations de Jean-Philippe Hughes et Marc Verreault

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.