•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les conditions de travail des ambulanciers sont inquiétantes, selon un syndicat

Une ambulance.

Le président du syndicat Health Sciences Association of Alberta, Mike Parker, dit que de nombreux employés parlent anonymement de leurs conditions de travail.

Photo : Radio-Canada

Le manque d’employés de première ligne et l'épuisement de ceux qui travaillent fragilisent le système de santé albertain, selon le président du syndicat qui représente notamment des paramédicaux et des professionnels des laboratoires, Mike Parker.

Nous devrions être très inquiets, a-t-il dit lors d’une conférence de presse lundi.

Le président de Health Sciences Association of Alberta, explique que la semaine dernière, il n’y avait pas assez d’ambulanciers paramédicaux pour combler 266 quarts de travail. Trois laboratoires d’Edmonton sont indéfiniment fermés en raison du manque de personnel, ajoute-t-il.

Il demande au gouvernement provincial de mettre en place un plan de rétention et de recrutement de professionnels de la santé. Il y a plus de 1000 postes à combler à l’heure actuelle, affirme le syndicat dans un communiqué de presse.

Plus de 40 % des personnes que nous avons sondées récemment ont indiqué qu’elles voudraient réduire leurs heures de travail ou quitter le système de santé, s’inquiète Mike Parker.

Les conditions de travail en cause

Mike Parker est inquiet, parce que des professionnels de la santé qu’il représente lui rapportent qu’ils sont épuisés, qu'ils font beaucoup d’heures supplémentaires et que leurs demandes de jours de congé sont refusées.

Or les deux dernières années ont été très exigeantes en raison de la pandémie. Le gouvernement dit qu’il n’y a pas d’impact, mais je peux vous dire que nos membres rapportent des heures de travail supplémentaires forcées.

Le gouvernement provincial et Services de santé Alberta n'ont pas répondu aux demandes d'entrevues de Radio-Canada.

Mike Parker ajoute que des ambulanciers paramédicaux reçoivent jusqu’à 15 appels après leur quart de travail pour revenir faire des heures supplémentaires.

Il promet l'anonymat à tous les membres qui dénoncent leurs conditions de travail imposées par Services de santé Alberta (AHS).

Le syndicat demande également que les masques N95 soient inclus dans l’équipement de protection individuelle de tous les professionnels de santé de première ligne comme les ambulanciers et les techniciens de laboratoire.

Ces professionnels ne reçoivent que des masques KN95, un masque qui n’offre pas autant de protection que le N95, selon Santé Canada. Une des différences est que le masque N95 a un serre-tête, permettant à celui qui le porte un meilleur ajustement et donc une meilleure étanchéité.

La province se défend

Dans une déclaration par courriel, AHS affirme que les ambulanciers ont des masques N95 à leur disposition.

Le porte-parole de l’agence provinciale, James Wood, ajoute que les employés des services d'ambulances EMS peuvent prendre congé de plusieurs manières, notamment en prenant leurs vacances annuelles, des jours de congé pour des raisons personnelles, en échangeant des quarts de travail ou encore en prenant des congés compensatoires.

Il précise toutefois que les gestionnaires doivent parfois refuser des demandes de congés afin de s’assurer que les besoins en personnel d’EMS demeurent comblés, surtout lors de périodes occupées comme le temps des fêtes.

Les employés d’EMS, comme tous les employés d’AHS, ont droit à des congés de maladie. Il est catégoriquement faux de dire que les employés sont punis parce qu’ils prennent des congés de maladie, dit-il.

James Wood affirme finalement que EMS est en processus de recrutement. Il indique qu’AHS a récemment pourvu 100 postes de paramédicaux à travers la province et que l’agence provinciale a augmenté le nombre de paramédicaux de 9 % au cours des deux dernières années.

Il note que cette profession requiert environ deux ans de formation.

Mike Parker estime pour sa part que la dégradation des conditions de travail des 28 000 membres du syndicat dure depuis 10 ans, mais qu’elle s'est aggravée ces dernières années.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !