•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Heather Stefanson, première ministre la moins populaire du Canada, selon un sondage

La première ministre Stefanson est assise devant deux drapeaux du Manitoba, vêtue de noir.

La première ministre du Manitoba, Heather Stefanson, a une cote de popularité plus faible que son prédécesseur, Brian Pallister.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Onze semaines après l’élection de Heather Stefanson à la tête du Manitoba, un sondage de la firme Angus Reid montre un faible soutien populaire à la première ministre.

Son taux d'approbation est de 21 %, soit le taux le plus bas parmi les premiers ministres actuels du Canada, selon le sondage publié lundi.

Le premier ministre de la Nouvelle-Écosse, Tim Houston, reçoit la plus forte approbation au pays, avec un taux de 57 %.

Un cinquième des Manitobains interrogés disent que Heather Stefanson fait du bon travail. Ainsi, plus de la moitié, soit 56 % des personnes vivant au Manitoba interrogées ont dit qu'elles désapprouvaient la première ministre, tandis que 23 % n'ont pas donné d'évaluation en ce qui concerne son travail.

Le sondage d'Angus Reid a été réalisé en ligne du 7 au 12 janvier auprès d'un échantillonnage de 482 Manitobains choisis parmi les membres du Forum Angus Reid. Une marge d’erreur ne peut être calculée sur un échantillon non probabiliste comme celui-ci.

Après son élection qui a résulté d’un vote serré et contesté, Heather Stefanson a vécu deux premiers mois difficiles à la tête de la province.

Le variant Omicron, hautement transmissible, a été détecté pour la première fois dans la province au début du mois de décembre. En quelques semaines, le nombre d'hospitalisations a atteint un niveau record. Vendredi, on comptait 517 personnes hospitalisées en raison de la COVID-19, comparativement à 135, quatre semaines plus tôt.

Les hôpitaux de la province sont débordés.

Un nombre record de Manitobains ont essayé de faire un test PCR dans les cliniques de dépistage de la province au cours du dernier mois. Les laboratoires provinciaux ont été débordés, ce qui a conduit le ministère de la Santé à limiter l'accès à ces tests à certains groupes.

De nombreux Manitobains qui se présentent dans ces cliniques sont maintenant renvoyés chez eux avec des tests antigéniques rapides.

Angus Reid a également interrogé les Manitobains à ce sujet, et 70 % des personnes interrogées ont déclaré que la province ne réussit pas à rendre les tests rapides accessibles là où ils sont nécessaires.

À l'inverse, les trois quarts des personnes interrogées ont déclaré que le Manitoba avait fait du bon travail en ce qui concerne la distribution des vaccins, qui a été supervisée par la Dre Joss Reimer, responsable du groupe de travail sur la campagne de vaccination contre la COVID-19.

Récemment, les responsables de la santé publique et Heather Stefanson ont déclaré que les Manitobains devaient apprendre à vivre avec le virus, bien que certains scientifiques préconisent plutôt la mise en place de restrictions plus strictes.

Un héritage difficile

La cote de popularité du prédécesseur de Heather Stefanson, Brian Pallister, n'a cessé de baisser tout au long de la pandémie. Pourtant, il n’a jamais été aussi bas dans les sondages de la firme.

Heather Stefanson a été assermentée, au début du mois de novembre, après une courte période sous l’égide du premier ministre intérimaire, Kelvin Goertzen, à la suite de la démission de Brian Pallister.

La première ministre est entrée en fonction à un moment où une majorité de Manitobains estimaient déjà que le gouvernement provincial avait mal géré la pandémie, selon Angus Reid.

Un sondage publié à la fin du mois d'octobre indiquait que plus de trois quarts des Manitobains interrogés pensaient que le gouvernement progressiste-conservateur faisait un mauvais travail de gestion des soins de santé depuis l'arrivée de la COVID-19. Plus de la moitié critiquaient aussi la conduite économique de la province.

Cette tendance à la désapprobation se manifeste dans les sondages depuis plus d'un an et demi.

En avril 2020, environ un mois après le début de la pandémie, près de 75 % des personnes interrogées par Angus Reid pensaient que Brian Pallister faisait du bon travail.

Mais, en avril de l'année suivante, 28 % des Manitobains étaient de cet avis, bien que l'ancien chef du Parti progressiste-conservateur ait bénéficié d'une légère hausse de popularité en juillet 2021. À ce moment-là, 36 % des personnes interrogées approuvaient Brian Pallister.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !