•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Santé mentale : apprivoiser l’éléphant dans la pièce

Un montage photo d'éemi, David Beaudemont, et Shawn Jobin.

Les créateurs éemi, David Beaudemont, et Shawn Jobin abordent tous la santé mentale dans leur travail.

Photo : Stephanie Kuse, Olivier Ferapie, Trevor A Bothorel, Colin Roch

Radio-Canada

Noirceur, conditions météorologiques, pandémie : les raisons sont nombreuses pour s’enliser dans la morosité ambiante. Trois créateurs fransaskois se confient et partagent leurs méthodes pour garder l'équilibre psychologique.

« C'est une condition avec laquelle je vais vivre longtemps, je suis aussi bien d'apprendre à vivre avec. »

— Une citation de  Shawn Jobin, auteur-compositeur-interprète

Shawn Jobin ne cache pas ses soucis de santé mentale, ils sont au cœur de son parcours artistique. Cette compréhension s’est développée au fil du temps, de façon publique.

Je me suis ouvert à propos de l'anxiété, à propos de la dépression, pour comprendre ce que je vivais, explique l’artiste.

Aujourd'hui, Shawn Jobin revendique cette facette de sa personnalité dans son œuvre et dans sa vie. Je la manifeste dans le monde, ça fait partie de moi, je me l'approprie, confie-t-il.

« Il faut apprivoiser l’éléphant dans la pièce. »

— Une citation de  Shawn Jobin, auteur-compositeur-interprète

Compassion et hydratation

Pour garder la tête, Shawn Jobin prend soin de son corps : Il faut rester hydraté, manger sainement, se rappeler de prendre des pauses, pour que ton corps ait ce dont il a besoin.

Le musicien conseille de faire preuve de compassion envers soi-même, de ne pas se mettre de pression, d’y aller tranquillement, peu importe le projet.

Tout va vite aujourd'hui, les médias sociaux, les nouvelles parlent toujours des mêmes choses, raconte-t-il.

C’est important de déconnecter, faire des choses qu’on aime et ne pas se sentir mal de prendre la vie un peu plus tranquille ces temps-ci.

« C’est tough, des fois il n’y a rien qui remonte le moral. »

— Une citation de  éemi, auteure-compositrice-interprète

Ces propos trouvent écho chez éemi. Dans les moments difficiles, elle prend le temps de déconnecter, mais surtout de s’entourer de proches qui savent la réconforter.

« En parlant de ma santé mentale, j'espère que d’autres vont se sentir moins seuls au monde. »

— Une citation de  éemi, auteure-compositrice-interprète

Celle qui n’hésite pas à partager ses difficultés dans son travail artistique raconte qu’elle a mis des années à comprendre sa propre réalité.

Je n'ai été diagnostiquée qu’en 2015, je faisais des crises d'angoisse, je ne savais pas ce qui se passait avec moi, raconte-t-elle. C’était un soulagement d’apprendre que je n'étais pas seule.

En parler pour déstigmatiser

David Baudemont est aujourd'hui art-thérapeute et auteur, mais il raconte lui aussi avoir traversé des périodes difficiles. Très jeune, j’ai combattu des périodes dépressionnaires, longues et pénibles, dont je suis sorti lessivé.

« La santé mentale continue d'être un tabou alors que ça nous affecte tous. »

— Une citation de  David Baudemont, auteur et art-thérapeute

Pour le Fransaskois, la chose la plus importante est de faire disparaître la stigmatisation et de démystifier la santé mentale.

Il juge que la pandémie met en péril le bien-être psychologique de grand nombre. C'est un envahissement de la population par un sentiment de désarroi, un manque d’avenir, indique-il.

La clé, la créativité

Il reconnaît que la solution n’est pas simple, chacun a ses manières de sortir de ces tunnels. Il relève toutefois certaines pistes de sorties. L’activité physique, aller dans la nature, c’est extrêmement thérapeutique, cite-t-il en exemple.

« L’un des outils les plus importants, c’est l'imagination. »

— Une citation de  David Baudemont, auteur et art-thérapeute

L’art-thérapeute préconise cependant une voie différente : l’imagination. Nous sommes essentiellement des histoires, explique-t-il. Comment change-t-on son histoire, sa vision des choses ? Grâce à l'imagination.

Il propose ainsi d’exercer son imagination, que ce soit par les arts visuels, l’écriture, ou toute activité créative.

Il souligne aussi les bienfaits de la socialisation, qu’il s’agisse de thérapie de groupe, ou de discussions plus informelles. Rien que de partager avec d’autres personnes peut être extrêmement bénéfique, indique-t-il.

Vous avez besoin d'aide?

Si vous ou un proche ressentez de la détresse, contactez le Service canadien de prévention du suicide (Nouvelle fenêtre) au 1-833-456-4566. Le service est offert 24 heures par jour, 7 jours sur 7.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !