•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Places en garderie aux Îles : Joël Arseneau écrit au ministre Lacombe

Des mains d'enfants jouent avec des jouets au sol d'une garderie.

Selon des données publiées à la fin de 2021, il manquerait 138 places en garderie sur l'archipel (archives).

Photo : CBC/Robert Short

Le député des Îles-de-la-Madeleine, Joël Arseneau, exhorte le gouvernement Legault d'être proactif en matière de création de places en garderie. L'élu madelinot a acheminé une lettre au ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, lundi.

Dans cette missive, M. Arseneau lui demande de rapidement donner suite à son appel d'offres lancé l’automne dernier. Aux Îles, deux projets ont été déposés afin de pallier le manque de places en garderie. Les promoteurs concernés n’ont néanmoins toujours pas eu de nouvelles du provincial.

Au CPE Chez ma tante de Fatima, on veut intégrer les 26 places de la garderie temporaire des Élymes et les convertir en places subventionnées. On souhaite également ajouter 21 places supplémentaires.

Une pancarte où il est inscrit : Garderie les Élymes.

La garderie privée Les Élymes est le fruit d'une collaboration entre plusieurs partenaires des Îles-de-la-Madeleine (archives).

Photo : Alexandra Rioux

Le Council for Anglophone Magdalen Islanders (CAMI), aimerait quant à lui que se concrétise, à Grosse-Île, une installation comptant 21 places. Les familles de Grande-Entrée pourraient bénéficier également de ce projet.

Le député péquiste ajoute par ailleurs qu’il est plus qu’urgent que la population anglophone soit mieux desservie.

C’est un besoin qui n’était pas vraiment là, mais qui maintenant l’est. C’est clair que pratiquement personne ne va envisager de faire près de 100 kilomètres par jour pour aller porter son enfant [à la garderie], illustre-t-il, ajoutant que des garderies en milieu familial ont récemment fermé leurs portes dans la portion est de l'archipel.

Un écart qui se creuse

Dans sa lettre au ministère Lacombe, le député cite la mise à jour sur les services de garde aux Îles-de-la-Madeleine, réalisée en septembre, et publiée à la fin de l’année 2021 par l'équipe de développement social de l'archipel.

Selon ce document, on dénombrait 138 places manquantes en 2021, et ce, malgré celles qui ont été mises en place à la Garderie les Élymes de Fatima. Deux ans plutôt, ce chiffre se situait plutôt à 82.

Joël Arseneau en entrevue avec Radio-Canada.

Le député des Îles-de-la-Madeleine, Joël Arseneau, estime que le milieu est le mieux placé pour dénombrer les besoins en matière de places en garderie et a cru bon de les rappeler au gouvernement provincial (archives).

Photo : Radio-Canada

C’est absolument ridicule de penser qu’avec l’évaluation des besoins faite par le ministère, entre 25 et 74 places jusqu’en 2025, on va répondre aux besoins. On ne répond pas au tiers des besoins que l’on évalue, lance-t-il, précisant que les chiffres mis de l’avant ont été validés et contre-vérifiés.

Selon les partenaires, trois facteurs accentueraient sans cesse les besoins, soit l'augmentation des naissances depuis 2019, la migration de nouvelles familles et la perte de places offertes en milieu familial. Ainsi, le député Arseneau constate que les Îles sont toujours en mode rattrapage, ce qu’il déplore.

« On ne peut pas constamment être trois, quatre, cinq années en retard. »

— Une citation de  Joël Arseneau, député des Îles-de-la-Madeleine

Plutôt que de s’améliorer, la situation se dégrade et on veut que le ministère [de la Famille] soit bien conscient des besoins des Îles-de-la-Madeleine. Seuls les gens de l’archipel peuvent régler ces enjeux-là, ajoute-t-il.

Des enfants jouent avec des jouets.

Quatre-vingts places s'ajouteront au CPE La Ramée de Cap-Aux-Meules ce printemps.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

M. Arseneau réitère également qu’il est important que l’entièreté de l’appareil étatique tienne compte, dans les prises de décision concernant les Îles-de-la-Madeleine, du décret 354-2016 reconnaissant son caractère insulaire.

Cela implique, selon lui, la planification de l'octroi de places en garderie sur le territoire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !