•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le procès de quatre manifestants opposés à Trans Mountain reporté à nouveau

Construction du pipeline Trans Mountain à Kamloops en C.-B., le mardi 1er septembre 2020.

Les travaux d'expansion du pipeline Trans Mountain étaient terminés à 37 %, selon une mise à jour publiée en novembre 2021.

Photo : La Presse canadienne / Jonathan Hayward

Le procès de quatre militants anti-pipeline opposés aux travaux d’expansion de Trans Mountain devait débuter, lundi, devant une juge de la Cour suprême de la Colombie-Britannique, à Kamloops, mais la COVID-19 a forcé son report à la fin avril.

Romilly Cavanaugh, April Thomas, Jocelyn Pierre et Henry Sauls sont accusés d’outrage criminel pour avoir violé une injonction accordée à la société d’État fédérale en bloquant l’accès à un chantier situé à Kamloops, le 15 octobre 2020.

Henry Sauls, connu aussi sous le nom de Saw-Ses, est un chef héréditaire de la nation Secwepemc.

Il était au tribunal, lundi matin, aux côtés de Jocelyn Pierre, mais April Thomas, souffrant de symptômes de la COVID-19, a dû renoncer à s’y présenter. Puisque les accusés ont renoncé à être représentés par un avocat et qu’April Thomas est considérée comme leur personne de soutien , le procès a été reporté à la fin du mois d’avril.

Romilly Cavanaugh, dont la mère est à l’hôpital en raison d’une crise cardiaque, avait été excusée d’assister aux audiences pour des motifs compassionnels.

Une femme menottée suivie de 3 policiers avec un travailleur en arrière-plan.

En tout, huit personnes ont été interpellées par des agents de la GRC les 15 et 17 octobre 2020, près de Kamloops.

Photo : Gracieuseté du conseil du feu de la femme sacrée Secwepemc

Audiences déjà reportées à plusieurs reprises

Les audiences ont déjà été reportées à deux reprises, notamment en novembre, quand les inondations et glissements de terrain ont coupé les liens routiers entre Kamloops et le Grand Vancouver, où vivent certains des accusés.

Selon April Thomas, qui fait partie de la nation Secwepemc, les conseils de bande qui ont consenti à l’expansion de l’oléoduc n’ont pas correctement consulté leurs membres.

Tout ce sur quoi on dépend pour nos générations futures est en train d’être détruit par ce pipeline et nous n’avons pas la possibilité de nous faire entendre, déclare-t-elle en entrevue. Et maintenant, on nous arrête et on nous traite comme des intrus sur notre propre territoire.

Huit personnes arrêtées en 2020

En tout, huit personnes ont été arrêtées en octobre 2020 pour avoir bloqué deux chantiers près de Kamloops, où les ouvriers s’apprêtaient à forer pour faire passer la canalisation sous la rivière Thompson.

Quatre autres opposantes aux pipelines, Susan Bibbings, Miranda Dick, Heather Lamoureux et Laura Zadorozny, doivent subir leur procès au mois de mars.

Selon une mise à jour publiée en novembre par Trans Mountain, les travaux d'expansion du pipeline étaient alors réalisés à 37 %, et la société d’État soutenait que le projet serait achevé à la fin de 2022.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !