•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des centaines de corbeaux morts ou malades retrouvés à Charlottetown

Une vue aérienne du parc Victoria, à Charlottetown.

Une vue aérienne du parc Victoria montre où des corbeaux morts ou malades ont été trouvés.

Photo : Gracieuseté de Maryrose Carson

Radio-Canada

Une équipe du Collège vétérinaire de l’Atlantique tente de comprendre pourquoi un nombre important de corbeaux sont trouvés morts ou mal en point à Charlottetown, dans le secteur du parc Victoria.

Mise en garde : des informations contenues dans ce texte pourraient choquer certains lecteurs.

Au cours des dernières semaines, les scientifiques estiment qu’environ 200 oiseaux ont été envoyés à la clinique de la faune du Collège vétérinaire de l’Atlantique ou au laboratoire de pathologie et de microbiologie du Réseau canadien pour la santé de la faune, situé sur le campus de l’université.

Nous voulons nous assurer que cette situation n’en cache pas une plus grosse, avance Megan Jones, professeure associée et directrice régionale du Réseau, soutenant que le taux de mortalité des corbeaux à cette période-ci de l’année est de quelques douzaines, en moyenne.

En réalité, des corbeaux morts, ce n’est pas l’idéal. On veut qu’ils soient tous heureux et en santé, c’est pourquoi on essaye toujours de trouver la cause de la mort du mieux que nous pouvons. Les chiffres cette année sont plus importants [que les années précédentes] et, en un court laps de temps, beaucoup sont morts, constate la chercheuse.

Un groupe de citoyens dévoués

Katherine Laurence.

Katherine Laurence a découvert les premiers corbeaux morts dans le secteur du parc Victoria le 25 décembre.

Photo :  CBC / Jessica Doria-Brown

C’est durant la période des Fêtes que Katherine Laurence, une résidente de la Ville de Charlottetown, a croisé sur son chemin des corbeaux morts ou mal en point pour la première fois. C’est à ce moment-là que j’ai vu une rangée complète de corbeaux morts. Il y en avait environ 16 dans un rayon de 50 mètres, se remémore-t-elle.

Elle fait partie d’un petit groupe de passionnés d’oiseaux et d’animaux qui ramassent ces corbeaux et surveillent l’évolution de la situation dans le secteur.

Tandis qu’on se débarrasse des animaux morts, ceux qui sont malades sont envoyés au Collège vétérinaire de l’Atlantique. lls ne semblent pas pouvoir très bien voler, a observé Katherine Laurence. Ils sont très calmes lorsqu’on les tient dans nos mains.

Maryrose Carson, une autre membre du groupe, trouve la scène d’animaux morts dérangeante. C’est dévastateur et ça brise le cœur, lâche-t-elle.

Elle a bon espoir qu’on en saura davantage sur ce qui s’est produit. Elle aimerait que la Ville en fasse plus pour protéger les gens, les animaux domestiques et la faune.

La cause de la mort inconnue

Des dizaines de corbeaux morts gisant sur la pelouse.

La cause de la mort des corbeaux n'a toujours pas été déterminée.

Photo : Gracieuseté de Katherine Laurence

Plusieurs professionnels de la faune enquêtent actuellement sur la mort des corbeaux, dont des pathologistes, des virologues et des techniciens.

Bien qu’il soit impossible de déterminer la cause de la mort de chaque oiseau, l’échantillonnage a permis de mettre en lumière des symptômes similaires dont ont souffert les corbeaux, soutient Megan Jones. Les chercheurs ont remarqué des tubes digestifs anormaux – avec une maladie touchant les intestins – et de l’inflammation dans certains organes, tels que le foie et la rate.

« Certains virus et d’autres maladies affectant la faune peuvent également avoir des répercussions sur la santé d’animaux domestiques, comme la volaille. »

— Une citation de  Megan Jones, directrice régionale du Réseau canadien pour la santé de la faune

Cela pourrait d’ailleurs avoir des implications commerciales. Nous avons tous entendu parler de la gale verruqueuse des pommes de terre. Ainsi, nous savons que les maladies peuvent avoir des effets indésirables sur l’agriculture, rappelle-t-elle.

Finalement Megan Jones conseille de ne jamais manipuler d’animaux morts sans gants. Et pour ce qui est de ceux qui sont malades, mieux vaut ne pas s’en approcher. Nous ne voulons pas les agiter. J’appellerais directement la clinique de la faune du Collège vétérinaire de l’Atlantique, qui pourra vous guider dans la manière de les approcher et de les transporter, dit-elle.

Le ministère des Pêches et des Communautés attend de recevoir les résultats des analyses du Collège vétérinaire de l’Atlantique avant de pouvoir déterminer s’il s’agit, ou non, d’une situation anormale.

Avec des informations de Jessica Doria-Brown, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !