•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La comédienne Anne Casabonne sera la candidate conservatrice dans Marie-Victorin

Anne Casabonne et Éric Duhaime assis sur un divan.

La comédienne Anne Casabonne fait le saut en politique provinciale avec le Parti conservateur d'Éric Duhaime.

Photo : Parti conservateur du Québec

Radio-Canada

La comédienne Anne Casabonne fait le saut en politique. Elle portera le message du Parti conservateur du Québec (PCQ) lors de l'élection partielle dans la circonscription de Marie-Victorin, en Montérégie. Le chef du parti, Éric Duhaime, en a fait officiellement l'annonce en point de presse lundi.

C’est une élection importante parce que ce sera la première fois que les électeurs pourront se prononcer sur la gestion de crise sanitaire de François Legault, a expliqué M. Duhaime, tout juste avant de laisser la parole à sa candidate.

Anne Casabonne a rapidement soutenu qu'elle croit sincèrement à la liberté d’expression, surtout celle qui dérange, dénonçant la gestion politique d'une crise d'ordre sanitaire et l'impossibilité pour les électeurs de se poser des questions sans être dénoncés.

« À l’Assemblée nationale, plus personne ne parle en notre nom, il y a 124 François Legault. »

— Une citation de  Anne Casabonne, candidate pour le Parti conservateur dans Marie-Victorin

Elle a accusé le premier ministre François Legault à plusieurs reprises de gouverner au pif et par intuition.

Le 20 septembre dernier, Anne Casabonne avait affirmé sur le réseau social qu'elle prenait une pause de son métier de comédienne après avoir été critiquée pour des propos antivaccin.

Quelques jours auparavant, elle avait publié sur Facebook une longue diatribe hostile au vaccin contre la COVID-19. Dans son message, elle avait notamment affirmé que Pasteur pouvait amener la définition d’un vaccin avec lui dans sa tombe.

Questionnée sur sa position lundi, elle a voulu remettre les pendules à l'heure, soutenant ne pas être antivaccin. Elle a affirmé que son texte était en fait une satire acerbe et critique pour dénoncer l’intention du gouvernement de se départir du personnel de la santé non vacciné dans un contexte de manque de main-d’œuvre et de délestage, une décision qui l'a mise sur le cul.

Il ne faut pas que l’on troque nos droits fondamentaux, qui sont inaliénables, pour une morale, a aussi indiqué la candidate, qui se décrit avant tout comme une citoyenne engagée qui souhaite défendre ces droits et qui demande la fin du passeport vaccinal.

« On veut essayer de taire les hystéries, parce qu’il y a des gens qui ont été exacerbés [sic] parce qu’on les a empêchés de parler et il y en a d’autres qui sont tellement aux prises par l’espèce de propagande non vaccinale qu’ils en sont violents. »

— Une citation de  Anne Casabonne, candidate pour le Parti conservateur dans Marie-Victorin

Nous, avec nos 40 000 membres, on veut essayer de réunir les gens, on veut essayer de recréer la cohésion, a-t-elle ajouté.

Le PCQ a par ailleurs décidé que ses candidats ne dévoileraient pas leur statut vaccinal, estimant que cela relève d'une liberté personnelle. Seul le chef, Éric Duhaime, parlera de son statut étant donné qu'il a déjà dévoilé avoir reçu deux doses de vaccin. Mme Casabonne n'a donc pas voulu dévoiler le sien.

Une élection attendue

L'élection partielle qui aura lieu dans Marie-Victorin vise à remplacer l'ex-députée Catherine Fournier, élue mairesse de Longueuil en novembre dernier.

Anne Casabonne affrontera le péquiste Pierre Nantel (Nouvelle fenêtre), la libérale Émilie Nollet, la cheffe du nouveau parti Climat Québec, Martine Ouellet, et la solidaire Shophika Vaithyanathasarma.

La Coalition avenir Québec a confirmé son intention de présenter un candidat, mais n'a pas encore dévoilé son identité.

Le nouveau chef du Parti québécois était pressenti pour solliciter le siège dans Marie-Victorin, d'où l'hésitation de certains partis à présenter des candidats afin de permettre à Paul St-Pierre-Plamondon, qui n'est pas élu, de siéger à l'Assemblée nationale.

Il sera finalement candidat dans la circonscription de Bourget, dans l'est de Montréal, aux élections générales du Québec à l'automne. Il en a fait l’annonce dimanche soir à l’émission Tout le monde en parle.

Quant à l'élection partielle dans Marie-Victorin, la date du scrutin n'a pas encore été arrêtée, mais le premier ministre a déjà indiqué que les citoyens seraient appelés aux urnes après Noël.

L'élection partielle devra par ailleurs se tenir dans les six mois suivant le départ officiel de Catherine Fournier, comme le stipule l'article 130 de la Loi électorale.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...