•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le retour en classe se déroule comme prévu en Gaspésie

Un autobus scolaire en hiver.

Des milliers d’enfants et d’adolescents gaspésiens et madelinots sont retournés sur les bancs d’école aujourd'hui (archives).

Photo : Radio-Canada / Pierrick Pichette

Radio-Canada

Les jeunes Gaspésiens et Madelinots ont pu prendre la direction de l’école sans embûches, lundi matin, pour leur retour en présentiel dans les établissements scolaires de la région.

Tandis que de nombreuses écoles sont fermées au Bas-Saint-Laurent et sur la Côte-Nord, dame Nature n’a pas contrecarré les plans dans la péninsule gaspésienne et aux Îles-de-la-Madeleine.

Si la situation pourrait être révisée plus tard en cours de matinée ou en après-midi, aucun des centres de services scolaires du territoire n’a suspendu les cours lundi matin.

Des enfants marchent de l'autobus scolaire à l'école.

Le port du masque est obligatoire pour tous à bord des autobus scolaires.

Photo : Radio-Canada / Roxanne Langlois

Des milliers d’enfants et d’adolescents gaspésiens et madelinots sont donc retournés sur les bancs d’école après une semaine d'enseignement à distance. À l’exception des petits d’âge préscolaire qui devront le porter dans l’autobus seulement, le masque sera obligatoire en tout temps dans les milieux scolaires.

Cette rentrée est aussi marquée par de nouvelles règles en matière d’isolement. Un jeune ayant reçu un test positif à la COVID-19 sera confiné avec les membres de sa famille, mais l'entièreté de sa classe ne le sera pas comme ce fut le cas auparavant.

Un retour en sécurité

Le directeur général du centre de services scolaire René-Lévesque, Louis Bujold, croit que les quelque 6000 petits et grands qui sont de retour à l’école dans les différents établissements sont en sécurité.

M. Bujold tient d’ailleurs à rassurer, à ce chapitre, les parents.

« On se fie à l’expertise des gens qui sont, eux, experts de la santé et de la sécurité. […] Nos équipes sont aussi à pied d’œuvre pour faire respecter les règles sanitaires de distanciation, le lavage des mains et le port du masque. »

— Une citation de  Louis Bujold, directeur général du Centre de services scolaire René-Lévesque

Un père venu porter ses enfants à l'école Bourg de Carleton-sur-Mer tôt lundi était toutefois sceptique à l'idée de les voir reprendre les cours en présentiel. On va voir comment ça va aller, lance-t-il.

En dépit des circonstances, les membres du personnel du CSS sont, selon M. Bujold, fébriles de retrouver leurs classes et leurs élèves. Pour Élodie, une fillette de Carleton-sur-Mer, il était temps que l'enseignement à distance prenne fin, notamment en raison des embûches technologiques rencontrées.

Il y avait toujours quelqu'un qu'on ne voyait pas ou une autre personne qui n'entendait rien, raconte-t-elle, heureuse de retrouver ses amis en personne en dépit des circonstances.

De l'absentéisme à surveiller

La majorité des équipes étaient complètes au CSS René-Lévesque lundi matin pour le grand retour à l'école.

Un homme en complet parle dans un casque d'écoute lors d'une vidéoconférence.

Louis Bujold est directeur général du CSS René-Lévesque en Gaspésie (archives).

Photo : Radio-Canada

La COVID-19 causera toutefois, sans surprise, de l’absentéisme, tant du côté des élèves que du personnel scolaire, dans les prochaines semaines. Il s’agit d’un enjeu important auquel seront confrontés les centres de services scolaires, note Louis Bujold.

« On a travaillé, la semaine dernière, à un plan de contingence, c’est-à-dire à définir dans quelle séquence on pourra remplacer les enseignants qui pourraient avoir à s’absenter. »

— Une citation de  Louis Bujold, directeur général du Centre de services scolaire René-Lévesque

Celui-ci note que les absents pourraient être nombreux au sein du corps professoral, mais que la diminution de la durée de l’isolement pour les personnes doublement vaccinées entraînera un retour au travail plus rapide.

Si la tendance se maintient, il n’est pas prévu du côté du CSS René-Lévesque de recourir aux services de parents. Un appel à tous pourrait néanmoins être lancé si le besoin se faisait sentir.

Le plan de contingence de Québec pour le retour en classe prévoit en effet la possibilité de demander du renfort à des parents volontaires.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !