•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Windsor se prononce sur un futur site de consommation et de traitement

Un homme montre une trousse d'injection. Elle comprend une seringue, un ruban élastique et des compresses d'alcool.

Les sites de consommation et de traitement fournissent le matériel nécessaire à une consommation sécuritaire de drogue.

Photo : La Presse canadienne / JONATHAN HAYWARD

Radio-Canada

Le bureau de santé publique de Windsor-Essex demande au conseil municipal d'approuver la création d'un site de consommation et de traitement des drogues.

Lors de la réunion du conseil municipal de lundi, les conseillers doivent voter sur l'ouverture d'un site de consommation et de traitement et sur son emplacement proposé au 628, rue Goyeau.

La question a déjà été reportée deux fois dans l'ordre du jour du conseil. Un débat était initialement prévu en octobre dernier.

Les autorités sanitaires ont besoin de l'approbation de la Ville avant de pouvoir soumettre une demande aux gouvernements provincial et fédéral.

S'il est approuvé, un site pourrait ouvrir d'ici la fin de l'année, au plus tôt.

Le site peut sauver la vie de personnes qui consomment actuellement des opioïdes et leur donner la possibilité d'accéder à un traitement, afin qu'elles puissent aller mieux et, en fin de compte, ne plus consommer d'opioïdes du tout , a déclaré le Dr Shanker Nesathurai, médecin hygiéniste par intérim pour Windsor-Essex, lors d'un point de presse la semaine dernière.

Une devanture d'un magasin.

Le futur site de consommation et de traitement pourrait être ouvert au 628 rue Goyau à Windsor.

Photo : CBC/Dale Molnar

Un besoin pressant

Le conseiller municipal du quartier 9, Kieran McKenzie, est favorable à l'ouverture d'un tel site.

Le statu quo n'est pas acceptable. Nous devons être proactifs dans la résolution de ces problèmes dans notre communauté... nous devons agir, nous devons agir et il n'y aura pas de solution parfaite, explique-t-il.

De son côté, Fabio Costante, conseiller municipal du quartier 2 et membre du conseil d'administration du bureau de santé, la question va certainement faire débat au sein des élus municipaux, mais il appuie la proposition et espère que le conseil prendre une décision fondée sur des preuves.

Pour lui, si le projet devait aller de l'avant, ce serait le début d'une solution.

C'est aussi un signal pour ceux qui sont victimes de cette dépendance, pour les membres de leur famille et pour leurs amis que nous prenons une autre approche pour aider les gens, souligne-t-il.

La nouvelle chef de police de Windsor, Pam Mizuno, en entrevue

La cheffe de police de Windsor Pam Mizuno

Photo : CBC/Dale Molnar

L'appui de la police

Parmi les rapports et les lettres d'approbation soumis au conseil, on trouve une lettre de Pam Mizuno, cheffe de la police de Windsor. Dans cette lettre, elle déclare que la police de Windsor n'a aucune objection à cette initiative [axée sur la santé] et continuera à fournir l'aide nécessaire pour assurer la réussite de la mise en œuvre du plan communautaire.

Contrairement à son prédécesseur, la cheffe Mizuno défend les mesures pour limiter les méfaits liés à la toxicomanie. Depuis le début de l'année 2021, les policiers municipaux sont équipés de Naloxone, un antidote aux surdoses d'opioïdes.

Dans une déclaration à CBC News vendredi, le service de police de Windsor a indiqué que si un site est créé, il travaillera pour assurer la sûreté et la sécurité de tous les membres de la communauté.

Des décès records liés aux opioïdes

Selon les données de la Stratégie communautaire sur les opioïdes et les substances de Windsor-Essex (WECOSS), les décès liés aux opioïdes ont augmenté à un rythme alarmant au cours des cinq dernières années, et la pandémie n'a fait qu'exacerber la crise locale des opioïdes et des surdoses.

En 2020, les données du WECOSS montrent qu'il y a eu 358 visites aux urgences liées aux opioïdes - ce qui est presque le triple de ce qui a été observé en 2016.

Il y a également eu 68 décès liés aux opioïdes en 2020, ce qui, selon WECOSS, est le nombre le plus élevé de décès annuels depuis que l'unité de santé a commencé à suivre les données en 2005.

Au cours des six premiers mois de 2021, les données préliminaires de Santé publique Ontario font état de 26 décès à Windsor-Essex, cinq autres sont considérés comme probables.

L'année dernière, le bureau de santé a également émis un nombre record de 13 alertes, qui ont informé le public d'un nombre important de surdoses d'opioïdes dans la région.

Avec des informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !