•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un nombre élevé d’enfants se blessent en luge

Des enfants font de la luge.

Des enfants font de la luge.

Photo : getty images/istockphoto / EvgeniiAnd

La Presse canadienne

L'Hôpital de Montréal pour enfants (HME) déplore de nouveau cette année, pour un deuxième hiver de suite en temps de pandémie, un nombre élevé d'enfants et d'adolescents qui se blessent en faisant de la luge et du toboggan.

L'hôpital pédiatrique montréalais rapporte dans un communiqué que son Centre de traumatologie a traité plus de 50 enfants depuis la mi-décembre, dont bon nombre qui souffraient de blessures graves. Quarante pour cent des victimes étaient âgées de moins de six ans.

Les accidents les plus fréquents cette année se produisent lorsque l'enfant ou l'adolescent heurte un objet solide en glissant, tel qu'un poteau, un banc, une botte de foin gelée ou d'autres obstacles, précise le centre hospitalier, qui avait fait le même constat désolant il y a exactement un an.

Puisque la pandémie limite les options en matière d'activité physique, la luge et le toboggan sont devenus plus populaires, mais, malheureusement, nous constatons une augmentation significative du nombre de blessures traumatiques par rapport aux années précédentes, a expliqué par voie de communiqué Debbie Friedman, la directrice de la traumatologie à l'HME.

Le Centre de traumatologie rapporte que plus d'une cinquantaine de patients ont consulté les urgences de l'HME pour des blessures liées à la pratique du toboggan depuis le 10 décembre 2021. Pour la même période pendant les cinq dernières années avant la pandémie, l'HME a vu en moyenne vingt cas.

Les personnes blessées ces dernières semaines étaient en parts égales des garçons et des filles. Les deux tiers des patients ont été victimes d'un choc ou d'une collision avec un objet dur comme un mur, une clôture, un arbre, une table, une roche ou un poteau. Un accidenté sur cinq est tombé du toboggan et un sur dix est entré en collision ou a été frappé par une autre personne.

Plus de 82 % des victimes ont admis ne pas porter de casque.

Les enfants et les adolescents traités ont subi des traumatismes crâniens, des fractures, des blessures abdominales et pelviennes, des lacérations oculaires et des traumatismes dentaires.

L'Hôpital de Montréal pour enfants recommande de s'assurer que la pente est libre de tout obstacle, qu'elle n'est pas glacée et qu'elle a été conçue spécialement pour la luge; de porter un casque de type ski ou hockey; d'utiliser des traîneaux et des toboggans plus traditionnels, qui permettent un meilleur contrôle; de ne jamais glisser debout ou tête première; et de glisser en plein jour, puisque de nombreuses blessures surviennent en fin d'après-midi ou en début de soirée.

Quelques jours après Noël, une jeune immigrante libanaise de 11 ans, Josée Abi Assal, a perdu la vie dans la région d'Ottawa quand le toboggan sur lequel elle glissait avec son cousin et son frère a heurté des poteaux de métal. Sa famille et elle étaient arrivées au Canada il y a seulement six mois et c'était la première fois que la jeune fille allait glisser.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !