•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le chef du PQ, Paul St-Pierre Plamondon, annonce sa candidature dans Bourget

Paul St-Pierre Plamondon sur le plateau de Tout le monde en parle.

Le chef du Parti québécois, Paul St-Pierre Plamondon, a dévoilé dimanche soir qu'il serait candidat dans la circonscription de Bourget dans l'est de Montréal lors des élections provinciales cet automne.

Photo : Karine Dufour

Radio-Canada

Le chef du Parti québécois (PQ), Paul St-Pierre Plamondon, a pris sa décision. Il sera candidat dans la circonscription de Bourget, dans l'est de Montréal, aux élections générales au Québec à l'automne.

Le politicien, qui ne siège pas encore à l'Assemblée nationale, en a fait l’annonce dimanche soir à l’émission Tout le monde en parle, sur les ondes d’ICI Télé.

Ma réflexion est terminée, je vais me présenter dans le comté de Bourget. Historiquement, c'est le comté de Camille Laurin, a-t-il déclaré, en référence à l'architecte de la Charte de la langue française ou loi 101.

Cette circonscription est actuellement représentée par Richard Campeau, un député de la Coalition avenir Québec (CAQ).

Paul St-Pierre Plamondon a soutenu que son choix de briguer les suffrages sur l'île de Montréal visait à envoyer un message important de son parti dans la lutte pour la protection de la langue française au Québec.

« La bataille pour la langue, elle se passe à Montréal. Il faut que le Parti québécois soit présent à Montréal pour que la tendance change. »

— Une citation de  Paul St-Pierre Plamondon, chef du Parti québécois

M. St-Pierre Plamondon a dit vouloir faire de la politique en fonction de ses convictions, comme le feront les futurs candidats du PQ à l’élection générale d’octobre prochain. Et cela passe par l’indépendance, selon lui.

Le moment où les Québécois parlent d’indépendance, a-t-il illustré, c’est lorsque le PDG d’Air Canada, qui a habité 14 ans à Montréal, dit qu’il n’est pas nécessaire de parler français, ou lorsque durant le débat des chefs fédéraux, la CBC a posé une question honteuse pour la nation québécoise, a-t-il commenté.

Ça donne le goût d’un avenir plus beau, a-t-il ajouté.

M. St-Pierre Plamondon a semblé optimiste quant aux chances de son parti de faire une percée aux prochaines élections générales. Le PQ est deuxième [dans les sondages] chez les francophones, a-t-il rappelé.

Pour lui, le PQ est un parti nationaliste qui sert la cause de l’indépendance, et qui permettra à la population ouverte à entendre d’autres discours que [ceux de la] CAQ de trouver une place sur l’échiquier politique.

Le chef péquiste croit enfin que son parti est le seul [à être] dédié au projet de pays, et c’est pour lui la preuve que son parti est ouvert sur le monde, et qu’il mérite d’être à l’avant-plan.

Paul St-Pierre Plamondon a été élu chef du PQ il y a un an. En novembre, il avait décidé de ne pas se présenter dans la circonscription de Marie-Victorin, laissée vacante par Catherine Fournier, désormais mairesse de Longueuil, lors d’une élection partielle.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !