•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Face aux variants, quels outils pour ne pas continuellement se confiner?

Une jeune femme portant un masque et sa mère assises sur un divan.

Une jeune femme en isolement.

Photo : Reuters / Nora Savosnick

Radio-Canada

Alors que l’on souhaite une version endémique du virus qui cause la COVID pour enfin sortir d’une pandémie qui dure depuis deux ans, nous avons « les outils » pour que les gouvernements et les autorités de santé publique n’aient plus à ordonner de fréquents reconfinements, affirme un spécialiste en virologie.

On a les outils nécessaires et il faut les utiliser, soutient en effet le professeur Benoît Barbeau, du département des sciences biologiques de l’Université du Québec à Montréal (UQAM).

On ne peut pas continuellement se reconfiner, a-t-il déclaré dimanche au Téléjournal Acadie. Il est certain qu'on devra trouver un compromis.

Un portrait-photo de Benoît Barbeau.

Le professeur Benoît Barbeau.

Photo : Photo fournie par Benoît Barbeau

Parmi ces outils pour sortir de pandémie, le professeur Barbeau cite des vaccins plus adaptés et plus représentatifs de certains variants qui peuvent circuler, un dépistage adéquat de la COVID, et un usage judicieux des technologies de ventilation et de purification de l’air dans les lieux publics.

On doit agir aussi en amont, non seulement avec les vaccins, mais aussi au niveau de la transmission, s'assurer que les endroits, les lieux intérieurs soient munis de systèmes de ventilation et même de systèmes de purification bien adaptés, déclare-t-il.

Ces équipements pour évaluer la qualité de l’air et mieux le purifier existent et fonctionnent bien, note le professeur, mais on a quand même été un peu moins actifs en ce sens-là dans les plans de lutte au virus.

Dépassé par l’augmentation des hospitalisations liées à la COVID et face à une crise jamais vue en ressources humaines dans le système de santé, le Nouveau-Brunswick a amorcé un nouveau confinement le 15 janvier.

Le premier ministre Blaine Higgs affirme que de nouvelles restrictions étaient nécessaires pour atténuer les répercussions sur [le] système de soins de santé.

Un octogénaire entrouvre un rideau pour regarder dehors.

Après deux ans de pandémie, « on ne peut pas continuellement se reconfiner », affirme un spécialiste en virologie.

Photo : Reuters / Marzio Toniolo

On doit se positionner pour 2022 pour arriver le plus rapidement possible à une version endémique, c’est-à-dire un virus qui circule en permanence et auquel on s’adapte, a affirmé dimanche le professeur Benoît Barbeau.

On ne doit pas se questionner à l’idée de vivre de façon permanente avec ce coronavirus, on doit immédiatement y penser, dit l’expert en virologie de l’UQAM.

C'est un virus respiratoire. Il sera plus présent dans les saisons hivernales. Il y aura des cas d'infection, des gens malheureusement qui vont en décéder, mais il faut y arriver justement avec la meilleure option, la meilleure façon de gérer ces augmentations de cas et s’assurer que les cas d'hospitalisations soient limités au maximum — et je crois qu'on a les outils nécessaires. Il faut les utiliser, soutient-il.

Un système de filtration d'air près d'un mur d'une classe.

Nouveau système de filtration HEPA portable dans une école primaire de Dartmouth, en Nouvelle-Écosse.

Photo : CBC / Robert Short

Au ministère de l’Éducation et du Développement de la petite enfance du Nouveau-Brunswick, on affirme préparer l’après-pandémie. Le gouvernement a demandé une évaluation des systèmes d’aération des écoles.

En ce qui concerne le système de filtration portable, les HEPA [filtres à air à haute efficacité], on a reçu le rapport juste aujourd'hui et on va le partager en public la semaine prochaine, a affirmé vendredi le ministre Dominic Cardy dans une entrevue à Radio-Canada. Après ça, on va entrer dans les discussions pour comment adresser les recommandations qui sont incluses dans le rapport.

Le retour en classe des élèves est prévu pour le 31 janvier au Nouveau-Brunswick.

Avec les renseignements de Nicolas Steinbach

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !