•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le CBD aiderait à activer la réponse immunitaire contre la COVID-19

Une feuille de cannabis en gros plan avec, à l'arrière-plan, des plants de cannabis dans des pots.

Le CBD pourrait contribuer à activer « les réponses innées à l'intérieur des cellules », selon les chercheurs.

Photo : Radio-Canada / Mélanie Morin

Radio-Canada

Deux études scientifiques récemment publiées suggèrent que certains composants du cannabis pourraient aider le corps à combattre la COVID-19.

Un composé chimique du cannabis contribuerait à activer la réponse immunitaire du corps contre la COVID-19, selon une étude publiée par des chercheurs de l’Université de Waterloo, en Ontario.

De plus, deux composés chimiques principaux du cannabis rendraient le virus moins efficace dans le corps humain, selon une étude de chercheurs de l’Université d'État de l'Oregon.

Dans les deux cas, cependant, les chercheurs précisent que les effets du simple fait de fumer de la marijuana n'ont pas été étudiés.

Du CBD pour activer la réponse immunitaire

Les chercheurs ont découvert que le cannabidiol synthétique (CBD) augmentait la réponse antivirale des cellules à trois protéines clés produites par le génome du SRAS-CoV-2, ce qui était, jusqu'à présent, un effet inconnu, peut-on lire dans un communiqué de presse de l’Université de Waterloo.

L’étude n’a pas été révisée par des pairs et a été publiée sur le site web spécialisé BioRxiv.org. Elle est présentement révisée par des pairs dans le but de la publier dans le journal Life Sciences.

L’auteure principale, la Dre Robin Duncan, a expliqué en entrevue à Radio-Canada que les cellules des poumons et du tube digestif ont la capacité d’activer des réponses immunitaires qui leur sont innées lorsqu’elles détectent la présence d’un virus, et ce, avant même le début de la réaction du système immunitaire.

[Lorsque] les réponses innées à l'intérieur des cellules [sont activées], elles forment la première ligne de défense. Dans le cas de la COVID-19, cependant, cette réponse n'est pas très bonne, ce qui a contribué à des taux d'infection élevés.

Or, selon la Dre Duncan, dans les cellules qui n'avaient pas été exposées aux protéines du SRAS-CoV-2, le CBD en quantités thérapeutiques semblait amorcer le système antiviral inné des cellules, augmentant ainsi leur capacité à répondre à une infection virale.

Une femme avec des lunettes donne une entrevue par vidéoconférence.

La Dr Robin Duncan estime que l'étude qu'elle a menée est complémentaire à celle menée par les chercheurs de l'Université de l'État de l'Oregon, car les deux recherches ont servi à étudier des molécules différentes du cannabis.

Photo : Radio-Canada

Dans le communiqué de l'Université de Waterloo, la chercheuse explique qu'une étude publiée récemment suggère que des gens atteints d'un type rare d'épilepsie qui prennent de grandes doses de CBD dans un médicament nommé Epidiolex ont moins de chances de contracter la COVID-19.

Une cohorte de patients humains prenant du CBD avait une incidence d'infection par le SRAS-CoV-2 significativement plus faible, peut-on lire dans l'étude en question. Celle-ci, intitulée Cannabidiol Inhibits SARS-CoV-2 Replication and Promotes the Host Innate Immune Response, a été publiée sur le site web BioRxiv.org le 11 janvier 2022 et n'a pas été révisée par des pairs. De plus, certains des auteurs de l'étude ont déclaré un conflit d'intérêts puisqu'ils sont propriétaires d'un brevet en instance sur l'utilisation de cannabidiol en tant qu'antiviral.

La Dre Duncan précise que son étude a été effectuée avec de grandes quantités de CBD. Ce n'est pas quelque chose qu'on peut faire en prenant un mélange d'huile qu'on peut acheter dans un commerce au Canada.

La conclusion de l'étude souligne que la Dre Duncan a déclaré un conflit d'intérêts en lien avec les conclusions de l'étude et qu'elle fait partie d'un groupe de propriétaires d'un brevet en instance pour d'éventuels médicaments pour le traitement de la COVID-19.

Toucher le virus dès le début

Une seconde étude, publiée celle-ci dans le journal révisé par des pairs Journal of Natural Products, conclut que certains composants chimiques du cannabis sont particulièrement efficaces pour bloquer l'entrée du SRAS-CoV-2 dans les cellules humaines en se fixant sur la protéine de spicule du virus.

Le Dr Richard van Breemen (Nouvelle fenêtre), de l’Institut Linus Pauling, de l’Université d'État de l'Oregon, est l’auteur principal de cette étude. Celle-ci conclut que le CBD-A et le CBG-A, deux composés chimiques présents dans le cannabis, contribuent à affaiblir le virus dans le corps humain.

Les inhibiteurs de l'entrée cellulaire, comme les acides du cannabis, pourraient être utilisés pour prévenir l'infection par le SRAS-CoV-2 et également pour raccourcir les infections en empêchant les particules virales d'infecter les cellules humaines, affirme-t-il.

Un homme donne une entrevue par vidéoconférence.

Richard van Breemen est professeur de chimie médicinale au département des sciences pharmaceutiques de l’Université d'État de l'Oregon et chercheur principal à l'Institut Linus Pauling.

Photo : Radio-Canada

La prochaine étape – et ce serait la progression logique – consisterait à prouver, à l’aide d’essais cliniques bien conçus, que ces composés ont la capacité de prévenir les infections de COVID-19 chez les humains. Nous n'avons pas fait d'études directement sur des personnes : les nôtres étaient à base de cellules, explique le Dr van Breemen.

Ce processus prendra de six à neuf mois, selon lui.

Nous ne savons pas encore exactement quelles formes – quelles formes posologiques, quels dosages, quels intervalles de dosage, ce genre de choses – seraient les meilleures pour un traitement clinique, précise-t-il.

Avec des informations de Camille Feireisen et de Rozenn Nicolle

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !