•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une nouvelle journée de pêche pour aider les enfants atteints d’un cancer

Le port de Steveston, à Richmond, au sud de Vancouver, en Colombie-Britannique

Le port de Steveston où des pêcheurs ont vendu des sacs de hareng samedi matin au profit de l'Hôpital pour enfants de la Colombie-Britannique.

Photo : offert par : Fishermen Helping Kids With Cancer

Encore une fois cette année, une journée sans pareille s’est déroulée samedi au large de Nanaimo, mobilisant pêcheurs, camionneurs et bénévoles pour collecter des fonds au profit des enfants atteints du cancer en vendant une énorme quantité de hareng.

Je suis extrêmement reconnaissant d’en faire partie, dit Aaron Chin, un membre du conseil d’administration de Fishermen Helping Kids With Cancer. Je sais que nous avons un impact énorme. C’est une cause formidable.

Travailleur dans le secteur financier, le bénévole a aidé avec les ventes au port de Steveston samedi au sud de Vancouver où les clients pouvaient collecter leur sac de hareng de neuf kilogrammes.

Les 1925 sacs ont rapidement été vendus, ce qui représente un peu plus de 19 tonnes de poisson et une somme de 38 000 dollars pour les patients atteints d'un cancer à l’Hôpital pour enfants de la Colombie-Britannique.

La collecte s’est faite au volant pour minimiser les risques de transmission de la COVID-19 et un autre point de collecte était situé à Victoria.

Des harengs.

Des harengs pêchés lors de l'événement.

Photo : offert par : Fishermen Helping Kids With Cancer

Malgré ce bon résultat, la pêche a été plus petite cette année pour différentes raisons, notamment des défis posés par des lions de mer qui s’approchaient des filets et des règlements introduits par le ministère fédéral de la Pêche et des Océans en décembre et qui réduisent la pêche au hareng en Colombie-Britannique, afin de préserver les populations.

La ministre de la Pêche et des Océans, Joyce Murray, dit avoir limité la pêche en raison de l’importance du hareng pour d’autres espèces comme le saumon du Pacifique.

La puissance bénévole

Absolument tout le travail en lien avec cette pêche est offert gratuitement, fait remarquer Rich McBride, de l’entreprise de pêche, Finest at Sea. Les pêcheurs qui partent au large offrent leur essence, leur temps et leur effort. Ceux qui emballent le poisson pour le transport vers Steveston et les camionneurs qui le ramènent à Victoria, tout ça est offert.

L’organisme Fishermen Helping Kids With Cancer est né en 2011 afin d’aider un pêcheur commercial dont la fille était atteinte du cancer. Malheureusement, elle est décédée peu de temps avant la première collecte de fonds, mais les bénévoles ont voulu continuer à aider à fournir des articles pour améliorer la qualité de vie des jeunes patients de l’Hôpital pour enfants.

C’est très long pour les familles. Vous êtes coincés à attendre votre chimiothérapie dans une pièce vide, dénudée, où il n’y a rien pour distraire les enfants, dit Aaron Chin, expliquant que l’argent des ventes a déjà servi à acheter des couvertures, des sacs d’accueil, des consoles de jeux et même une machine à smoothies.

Pour qu’ils puissent se divertir alors qu’ils essaient d’oublier un peu ce qui les amène à l’hôpital. C’est très spécial pour nous, poursuit-il.

Des bénévoles mettent en sac des harengs.

Des bénévoles mettent en sac des harengs pêchés lors de la vente annuelle.

Photo : offert par : Fishermen Helping Kids With Cancer

Le cancer continue d’être la maladie la plus mortelle pour les enfants âgés de 1 à 19 ans au Canada. Le taux de survie de plusieurs cancers pédiatriques a beaucoup augmenté dans les 20 dernières années, mais plusieurs restent impossibles à guérir, souligne l'organisme.

Sur son site web, il rend hommage à plusieurs capitaines à titre honorifique, des enfants qui ont perdu leur bataille contre le cancer. Il raconte par exemple l’histoire de Jayden Buckie Anthony DeSa, décédé à l’âge de 5 ans d’une leucémie et qui adorait les bricolages, les expériences scientifiques et les excursions en motoneige avec son père.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !