•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Explosion à Ottawa : les autorités assurent tout faire pour comprendre ce qui s’est passé

Un énorme nuage de fumée s'élève dans le ciel.

L'explosion est survenue jeudi en milieu de journée dans des installations de la compagnie Eastway Tank, dans le sud d'Ottawa (archives).

Photo : Gracieuseté

Radio-Canada

Les autorités qui enquêtent sur l’explosion qui a fait un mort et cinq disparus présumés morts à Ottawa assurent qu’elles déploient tous les efforts requis pour faire la lumière sur les causes de cette tragédie. L’étendue des dégâts, la vaste quantité de débris et les conditions météorologiques compliquent leur travail.

Nous tentons de déterminer comment ce qui aurait dû être une journée normale au travail a connu un dénouement aussi tragique, a déclaré Frank D’Aoust, inspecteur au Service de police d’Ottawa (SPO), au cours d’une séance d’information technique dimanche.

Toutes les personnes qui manquent à l’appel n’ont pas pu être retrouvées à l’heure actuelle. Nous retirons méticuleusement des débris, des morceaux du toit, des murs et certaines pièces d’équipement dans le bâtiment. Nos efforts [...] sont entravés par le froid et par les risques sur les lieux, a résumé l’inspecteur D’Aoust.

Un plan d'urgence a été élaboré afin que les enquêtes puissent se poursuivre malgré la tempête de neige qui devrait s’abattre sur la région plus tard dimanche. C'est ce qu'a indiqué le prévôt des incendies adjoint au ministère du Solliciteur général, Tim Beckett.

M. Beckett a souligné qu’il était trop tôt pour s’avancer sur la cause de l’explosion, survenue jeudi dans un édifice de la compagnie Eastway Tank, situé au 1995, chemin Merivale, entre la promenade Cleopatra et le chemin Slack.

Les policiers collaborent notamment avec des membres du Service des incendies, du personnel de Transports Canada ainsi que l’équipe de la coroner régionale principale, la Dre Louise McNaughton-Filion.

Mme McNaughton-Filion a précisé que les restes humains de quatre personnes ont été localisés. « Mais il était dangereux d’y accéder. Nous devions attendre que ce soit sécuritaire », a-t-elle ajouté.

Les proches de certaines victimes de l’explosion ont confirmé que celles-ci se trouvaient parmi les personnes disparues et présumées mortes. Leurs familles de l’Ottavien Etienne Mabiala, du résident de l’Outaouais Rick Bastien et d’un homme de Deep River, Danny Beale, se sont confiées à propos du deuil qu’elles traversent.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.